Partagez | .
 

 monstres de nuit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
L'INDOMPTABLE
MESSAGES : 386
DATE D’ARRIVÉE : 18/06/2014
AVATAR : giza lagarce.
CRÉDITS : glass skin.


MessageSujet: monstres de nuit.   Dim 1 Fév - 14:15

Perturbée. Angoissée. Tu tournes, retournes. Ne trouves pas de bonne position. Tu n'arrives pas à t'endormir. Tu es épuisée. Fatiguée. Soulagée. Trop de sentiments. Beaucoup trop de sentiments. Et dans ta tête, c'est le bordel. Tu ne sais plus ce que tu veux, qui tu veux, quand tu le veux, et comment. Mais tu es là. Allongée. Tu penses à Jaxon, à vous, à tout. Tune sais plus vers quelle direction allait. Comment. Ce que représente votre relation. C'est compliqué. Tout est compliqué. Vos disputes. Vos instants de tendresse. Votre dépendance l'un envers l'autre. Votre destruction collective. C'était tellement de choses à la fois. Que tu te sentais submergée par un trop-pleins d'émotions. Tes mains sur ton visage, tu essayais de te calmer. De canalyser ton souffle, de détendre tes muscles, de ne plus penser à la douleur de ta jambe. Un mois, deux mois. Ta blessure datait. Mais il n'y avait pas de solutions magiques. Ni de miracle. La rééducation prenait du temps, trop du temps. Et toi, tu aimerais pouvoir accélérer la cadence, pouvoir marcher, danser, agir comme-ci tout était parfaitement normal. C'était impossible. Alors tu étais là. Allongée. Pensive. Seule. Et presque triste. Tu pensais. Réfléchissais. Calculais. Puis tu t'endormais, enfin. Perturbée. Si perturbée qu'une douleur. Un cri. T'arracha à ton sommeil. Tu venais de réveiller la demeure, l'écho de ta voix résonnait à travers les murs. Que t'arrivait-il Ohara ? Tu transpirais. Avait mal au crâne, mal à la jambe, mal partout. Tu étais tellement fatiguée. Tellement à bout. Qu'un cri t'échappa, encore. Tu étais enfermée dans ce mauvais cauchemar. Kidnappée. Ancrée dans ce monde qui te terrifiait.

_________________
Tell me how you close the door,
No one, nobody can love you more,
Telling all your friends,
That this love is just made for bleeding.
And upon new road I have started keep on,
Try to breath in.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
NEWBIES DREAMING SO BIG.
MESSAGES : 73
DATE D’ARRIVÉE : 20/12/2014
AVATAR : tobias sorensen
CRÉDITS : sweet disaster & tumblr


MessageSujet: Re: monstres de nuit.   Dim 1 Fév - 16:11

Il ne dort qu'à moitié. L'inquiétude et la colère le tiennent éveillé. Ça fait pourtant deux mois maintenant, que l'accident a eu lieu. Mais il n'arrive pas à oublier. Il n'arrive pas à passer à autre chose. Il a essayé pourtant, parce qu'il a toujours promis de ne pas se mêler de ce qui ne le regardait pas. Il a toujours tenté de n'avoir aucune haine contre Jaxon, malgré le fait qu'il faisait du mal à son amie. Il a tenté, parce que Ohara l'avait choisit et qu'il ne voulait pas aller contre ça. Mais là, c'était trop. Il ne s'était pas contenté de lui faire de la peine. Il avait mit sa vie en danger et ça, ça ne passait pas. Oscar était pourtant un être calme, qui voyait toujours les choses de façon positive et qui ne s'énervait de rien. Mais là, c'était différent. Comment pouvait-on prétendre tenir à quelqu'un et mettre sa vie en péril ? Comment pouvait-on être aussi égoïste ? Oscar était animé par la rancœur et l'amertume depuis deux mois. Pour autant, il n'avait rien fait, toujours pas respect pour Ohara. Mais c'était difficile. Très, difficile. Et cette nuit encore, il l'a passait dans la jolie petite maison de la tante d'Ohara. Comme souvent depuis l'accident. Il avait envie de veiller sur elle constamment. Mais aussi de s'assurer que Jaxon ne reviendrait pas rôder. Pas trop souvent, en tout cas. Et tandis qu'il commençait à s'endormir, un cri le tira de ses songes, le ramenant brutalement à la réalité. Il se redressa brusquement, attentif. Avait-il rêvé ? Il peinait à retrouver ses esprits, les yeux encore embrumés par le sommeil dans lequel il s'enfonçait. Ce fut lorsqu'il entendit le deuxième cri qu'il quitta son lit sans la moindre hésitation. Ohara. La cadence de son palpitant se multiplia par deux, alors que l'inquiétude s'insinuait dans chaque pore de sa peau. Pieds nus, en caleçon, il déambula dans le couloir glacé, jusqu'à la chambre de son amie. Sans frapper, il y pénétra doucement et referma soigneusement derrière lui. Elle était là, agitée dans son lit, en sueur. Mal. Tellement mal. Le regard d'Oscar s'assombrit aussitôt. Il était si douloureux pour lui de voir son amie souffrir ainsi. Il quitta la chambre l'espace d'un instant, le temps d'aller lui chercher un verre d'eau et un gant humide avant de revenir sans un bruit. Il s'approcha de son lit et déposa le verre d'eau sur la table de nuit. Il déposa le gant frais sur le front de la jolie brune et sa main gauche sur sa joue, pour la tirer de ses pensées sombres. Sa voix, calme, grave, s'éleva dans un doux murmure. Ohara, je suis là... calme toi. Je suis là. Il se sentait défaillir devant l'état de la jolie brune. Comment Jaxon avait-il pu laisser une telle chose arriver ? Il attrapa le verre d'eau et le lui tendit doucement. Où est-ce que tu as mal, Ohara ? A la jambe, ou au cœur ? Il pose un regard tendre sur elle. Il voudrait pouvoir la soulager de tous ses maux. Il le voudrait tellement.

_________________


j'ai mis mon cœur à pourrir sur le bord de la fenêtre, j'ai confiance en l'avenir les corbeaux viendront peut-être, de leur bec jaune et pointu ils ont de quoi se repaître du bout de viande cru, dont vous vous croyez le maitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L'INDOMPTABLE
MESSAGES : 386
DATE D’ARRIVÉE : 18/06/2014
AVATAR : giza lagarce.
CRÉDITS : glass skin.


MessageSujet: Re: monstres de nuit.   Mer 4 Fév - 17:35

"Ohara, je suis là ... calme toi. Je suis là." Une agréable sensation de fraîcheur te délivra de ce cauchemar dont tu étais prisonnière. Tu étouffa un nouveau cri en rouvrant les paupières. Te redressant immédiatement.  Tu étais perdue. Inquiète. Que venait-il de se passer ? Que venait-il de t'arriver ? Pourquoi, comment ? Tu fronçais les sourcils. Découvrant avec surprise Oscar. Paniqué. Pourquoi ? Toi. Tu frottais ton visage. Tes yeux étaient noyés dans une pluie de larmes. Amères. Tu avais beaucoup de mal à sortir de tes songes. A t'extirper de cette mauvaise sensation. Tu étais mal. Fatiguée. Tu avais envie de crier. Haut. Et en fort. Mais tu te contentais de réceptionner le verre qu'il te tendait. Sans chercher à comprendre, pourquoi. Où. Comment. Tu l'attrapais. En bus une longue gorgée. "Où est-ce que tu as mal, Ohara ?" Oui Ohara. Où est-ce que tu as mal. Dis-nous. Dis-moi. Sauves-toi. Redresses-toi. Tu secouais ton visage. Encore une fois. Puis tu laisses les larmes dévalées ton visage abîmé par ce mauvais rêve. Tu étouffais un sanglot. Cachais ton visage d'une main. Tu avais besoin d'air. Maintenant. Mais tu préférais glisser ton bras autour de la taille d'Oscar, afin de te coller à son torse. De profiter de sa chaleur humaine. Tu laissais le temps passer. Doucement. Pour te reposer l'esprit. Pour apaiser ton angoisse. Tu laissais le temps passer, pour te permettre de te réveiller. De récupérer ton esprit. Et ton entière lucidité. "J'ai mal à la jambe." Mensonge. Tu redressais ton visage afin de lui offrir un baiser. Pour le remercier. Sur sa joue. Et t'éloignais. Un peu. Pour récupérer ce verre d'eau et en finir avec ce qu'il contenait. "Ne t'inquiètes pas, ce n'est pas grave, j'ai l'habitude." Encore un mensonge. Ce te brisait le plus, c'était de te dire que ton amour pour Jaxon te bouffait de l'intérieur. Tu aimerais que tout soit simple. Et étrangement, tu savais qu'il était l'unique personne capable d'apaiser entièrement tes inquiétudes. Il était tout ce que tu cherchais à repousser. Mais également tout ce dont tu avais besoin. "Tu peux retourner te coucher Oscar, tout ira bien." D'un geste rapide, tu reposais le verre d'eau sur ta table basse. Et frottait une fois de plus ton visage, en profitant de la tiédeur de ce gant de toilette qu'il avait déposé sur ton front. Ces quelques attentions de sa part venait de réchauffer ton coeur. Bien plus qu'il ne pouvait l'imaginer.

_________________
Tell me how you close the door,
No one, nobody can love you more,
Telling all your friends,
That this love is just made for bleeding.
And upon new road I have started keep on,
Try to breath in.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
NEWBIES DREAMING SO BIG.
MESSAGES : 73
DATE D’ARRIVÉE : 20/12/2014
AVATAR : tobias sorensen
CRÉDITS : sweet disaster & tumblr


MessageSujet: Re: monstres de nuit.   Lun 9 Fév - 17:29

Sans un mot, Ohara venait se blottir contre lui, cherchant un peu de réconfort. Oscar l'enlaça tendrement et posa une de ses mains dans ses cheveux, venant les caresser avec douceur pour essayer d'apaiser ses angoisses et sa peine. Ça lui faisait tellement mal de la voir dans cet état. Tandis que lui restait totalement impuissant face à ça. Patient, il lui laissa le temps de récupérer un peu et de se calmer et attendit que ce soit elle qui se dégage de son étreinte lorsqu'elle n'en avait plus besoin. J'ai mal à la jambe. Qu'elle finit par souffler tout en se redressant. Oscar ne pipe pas mot. Il la laisse faire, tandis qu'elle dépose un baiser fatigué sur sa joue mal rasée. Il sourit paisiblement, feinte de la croire pour ne pas la contrarier. A vrai dire, ce n'est qu'un demi mensonge. Il sait que sa jambe est douloureuse. Mais il sait aussi qu'elle ne crie pas et ne pleure pas qu'à cause de ça. Il la connait trop bien depuis tout ce temps. Il la regarde finir le verre qu'il lui apporter et lui mentir encore. Ne t'inquiètes pas, ce n'est pas grave, j'ai l'habitude. Il esquisse un petit sourire amusé. Qu'il ne s'inquiète pas ? C'était comme dire à une mère de ne pas se faire de souci face à son enfant en pleurs. C'était impossible. Et elle le savait très bien. Avoir l'habitude n'est pas une raison pour que je ne m'inquiète pas. Explique-t-il doucement, à mi-mot. De sa main droite, il vient essuyer le visage de poupée de son amie, pour chasser toutes ces larmes qui n'avaient rien à faire là. Tu peux retourner te coucher Oscar, tout ira bien. Non, rien n'ira bien. Le visage d'Oscar s'assombrit un peu plus. Elle est tellement fière. Mais il ignore sa remarque et son invitation à s'en aller, il est hors de question pour lui qu'il retourne se coucher comme si de rien était et la laisse ici, seule, dans un tel état. Fais moi une petite place. Qu'il demande doucement, tout en s'invitant sous les couvertures, venant se glisser à côté d'elle. Il passe un bras sous la nuque d'Ohara et l'invite ainsi à venir contre lui. Et si tu me disais ce qu'il se passe, vraiment ? Il hausse un sourcil, mais dans la pénombre de la pièce ça se remarque à peine. Il pose sur elle un regard protecteur et amusé en même temps. Sans vraiment le dire, il lui fait comprendre qu'il ne croit pas un mot de ce qu'elle vient de lui raconter. Pas de quoi s'étonner, c'est toujours ainsi.

_________________


j'ai mis mon cœur à pourrir sur le bord de la fenêtre, j'ai confiance en l'avenir les corbeaux viendront peut-être, de leur bec jaune et pointu ils ont de quoi se repaître du bout de viande cru, dont vous vous croyez le maitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: monstres de nuit.   

Revenir en haut Aller en bas
 

monstres de nuit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mussorgsky: Une nuit sur le mont chauve
» [INFO] 08/12/10 * 00h30 * "Durch Die Nacht mit...(Au coeur de la nuit) Bill Kaulitz"
» Ravel - Gaspard de la Nuit: de la poésie à la musique
» programme fête de nuit GPN AUXERRE 2010
» carnaval de nuit à St brévin le 21 juillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▿ TEMPTED. ::  :: Downtown San Francisco :: Bernal Heights-