Partagez | .
 

 Happy birthday [Reayan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
LE MILITAIRE
MESSAGES : 443
DATE D’ARRIVÉE : 03/06/2014
AVATAR : Stephen Amell le plus beau
CRÉDITS : Blue romance / Tinkerbell


MessageSujet: Happy birthday [Reayan]   Mar 9 Déc - 19:56

Je sens déjà mon coeur s’emballer. Tout ce qui me ramène à elle fait battre mon coeur plus vite, plus fort. Mon téléphone entre mes mains, j’écris et efface une dizaine de fois un message différent. Je ne trouve pas les mots juste pour dire ce que je veux dire. C’est compliqué. Depuis que j’ai retrouvé Reagan, je me sens à la fois comme un gamin, excité de revoir la personne que j’aime, et à la fois grandi, changé, muri. Il s’est passé tellement de choses depuis que je suis parti, tellement de choses qui m’ont fait comprendre que je ne devais plus passer à côté de mes sentiments pour elle. Je relis plusieurs fois le message écrit sur l’écran de mon smartphone. J’ai envie d’effacer, encore. Mais non, je me décide à finalement envoyer. C’est très bien comme ça. Il y a quelques jours, c’était son anniversaire, et j’ai décidé de prendre mon courage à deux mains pour l’inviter au restaurant, et fêter l’évènement. «Yan qu’est-ce que tu fous depuis une demi heure sur ton téléphone là ?» Jayce me balance une serviette à la figure et je lâche un petit rire amusé. «J’ai envoyé un message à Reagan pour l’inviter c’est bon. Vous êtes sûres pour Liam ?» «Bien sûr que oui ! C’est le bonheur de le garder ce gamin ! Et puis il faut qu’il apprenne à connaître Al’ aussi.» Je hoche un peu la tête. Bon, reste plus qu’à attendre qu’elle réponde, en espérant que la réponse soit positive. Il faudra attendre un peu plus d’une heure pour que mon téléphone sonne et que je me jette dessus comme un pauvre adolescent attendant un sms de son amoureuse. Un sourire se fraie un chemin sur mes lèvres et je relève la tête vers Jayce. Son sourire est presque plus grand que le mien.

Ving heures précises, je frappe quelques coups à la porte de chez Reagan, comme prévu. J’ai enfilé un jean brut, une chemise bleue de la même couleur que mes yeux et une veste de costume pour habiller tout ça. Histoire d’être présentable sans non plus ressembler à un pingouin. Je me rends compte que ça fait une éternité que je n’ai pas porté de genre de fringues, mais je me sens beau, j’espère qu’elle pensera la même chose. La porte s’ouvre, c’est Liam qui m’accueille en me sautant dans les bras. «Lehyaaaan !» Je ris un peu et le réceptionne avant de lui faire un bisou sur la tempe. «Salut bonhomme ! Alors, prêt à rencontrer tata Aléna ? Tu verras, elle est complètement folle, mais elle est super rigolotte !» Il sourit et descend de mes bras pour me prendre par la main avant de me dire tout doucement : «Maman se prépare depuis super longtemps, il a fallu que je l’aide à choisir sa robe, et là elle est encore dans la salle de bain !» Mon sourire s’élargit. Rien que de l’imaginer, ça me fait un bien fou. J’entre donc, et Liam se met à crier. «Mamaaaan ! Lehyan est arrivéééé !». Elle sort de la salle de bain, et là... j’ai l’impression de voir une apparition divine, si bien que j’en reste la bouche à moitié ouverte, je crois bien que mes yeux ont arrêté de cligner. Putain. Elle est sublime. Je ferme vite la bouche et me racle la gorge avant de passer pour un abruti. «Wow... tu es...» «Elle est belle hein ?» Je hoche la tête, subjugué. «Sublime.»

_________________

Learn to love again
Just give me a reason, just a little bit's enough, just a second we're not broken just bent, and we can learn to love again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA POUPÉE DE LEHYAN
MESSAGES : 247
DATE D’ARRIVÉE : 13/04/2014
AVATAR : kristin kreuk.
CRÉDITS : stilinski.


MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   Mer 10 Déc - 9:43

Panique. C'était la panique. Je ne savais pas comment m'habiller. Je ne savais pas comment me coiffer, comment me maquiller, comment me parfumer. Je ne savais pas quels bijoux porter. Par chance, Liam ne me quittais pas. Il m'aidait. me conseillait. Me soufflais la confiance dont j'avais besoin pour prendre mon envol. Je ne me sentais pas belle. Je ne me sentais pas non plus moche. C'est le regard que les autres portaient sur moi qui me permettait de prendre confiance en moi. Leyhan. Son regard. Ce regard. Il m'avait toujours inspiré. Permis d'avoir la tête haute. D'être confiante. Jusqu'à ce qu'il parte et que je me sentes inutile. Sans intéret. Une poupée. Posée là. Dans un coin de son passé. Mais il était revenu. Réveillant ces sentiments que j'apprenais de nouveau à maîtriser malgré ma constante appréhension. Décidée, j'avais glissée une robe rouge. Vif. Simple. Presque moulante. Collants noirs. Bottines noires. Vestes noires. Cheveux détachées. Maquillage léger. Mes milliers de bagues. J'étais simple. Moi-même. C'était ce que Liam avait préféré. Désiré que je portes. Je continuais de m'observer, remettant mon rouge à lèvres. Je prenais doucement mon inspiration. Il était vingt heures. Yan allait arriver. J'en tremblais, presque. "Mamaaaan ! Lehyan est arrivéééé !" Merde, merde, merde. C'était le moment. Je ne pouvais plus faire marche arrière, c'était impossible. Alors je quittais ma cachette. J'approchais du salon. Et là. Grand silence. La beauté de Lehyan me subjugeait. Me plaisais. Je me pinçais la lèvre. Ne sachant pas quoi dire, ni quoi faire. J'étais vraiment telle une enfant qui découvrait d'inombrables sensations. "Wow ... tu es ..." "Elle est belle hein ?" "Sublime." Oh, putain. Je me redressais et me rapprochais alors de mes hommes. J'embrassais mon fils, j'embrassais Yan. Maintenant ma respiration. Mais j'étouffais enfin un soupire. C'était du soulagement. De cette soirée, je savais parfaitement ce que notre fils en pensait. Il s'imaginait avoir des parents unis, en couple. Il espèrait nous savoir heureux, amoureux. Mais non. Ce n'était pas encore acquis. "Tu es particulièrement beau, aussi." Je lui offrais l'un de mes sourires les plus honnêtes. Les plus sincères. Ce soir, je désirais essayer d'oublier. D'oublier mes craintes, mes peurs, mes démons. Je désirais oublier l'ensemble de mes blessures. Parce que j'avais envie de me laisser aller. De nouveau. Contre lui. "Tu es prêt mon coeur ?" "Oui, on y va !" Ce soir, il allait chez les Mitchell. Passerait la soir en compagnie de ses tantes. J'étais plus que satisfaite à cette idée. Liam attrapait déjà la main de son père afin de le traîner hors de l'appartement. Je récupérais mon sac à main, glissais une écharpe autour de ma nuque et je les rejoignais après fermé mon logement. Liam courait dans les couloirs. Je marchais au niveau de Yan. Mon regard ne pouvait s'empêcher de l'observer. Mes doigts frôlaient les siens. C'était peu. Mais tellement important pour moi.

_________________
quand l'orchestre s'arrêtera, je danserai encore. quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul. quand le temps s'arrêtera, je t'aimerai encore. je ne sais pas où, je ne sais pas comment. mais je t'aimerai encore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MILITAIRE
MESSAGES : 443
DATE D’ARRIVÉE : 03/06/2014
AVATAR : Stephen Amell le plus beau
CRÉDITS : Blue romance / Tinkerbell


MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   Mer 10 Déc - 15:16

Elle dépose un baiser sur ma joue, et je crois que si je ne me contenais pas, je pourrai bien rougir. C’est malin. Quinze ans je vous dis. « Tu es particulièrement beau, aussi.» Je souris, comme un idiot. Je crois que je me sens bien, à cet instant précis. J’ai du mal à décoller mes yeux d’elle. Sa robe rouge assortie à son rouge à lèvres, ses yeux simplement maquillés. Mon coeur s’emballe, encore. « Tu es prêt mon coeur ?» « Oui, on y va !» Je souris à Liam qui a l’air d’être excité comme une puce. Je trouve ça mignon. Je savais qu’il aimait beaucoup Jayce, mais pas à ce point là. Il prend ma main et de ma main libre, je lui ébouriffe un peu les cheveux. Cette journée à la caserne nous a pas mal rapprochés tous les deux, je commence vraiment à me sentir père. Mais rapidement, voyant sa mère arriver, il lâche ma main et court un peu plus loin, voulant sûrement nous laisser tous les deux. Je repose mon regard sur Reagan et lui sourit. «Il est loin d’être idiot...» Je trouve ça plutôt amusant, et mignon, qu’il veuille nous voir nous rapprocher. Je suppose que c’est normal. Je ne sais pas ce qu’en pense Reagan, mais une chose est sûre, je souhaite la même chose que mon fils. Volontairement, je laisse pendre ma main et frôle ses doigts, les attrapant à moitié avant de ranger ma main dans ma poche. J’ai hâte de me retrouver seul avec elle. Nous montons dans ma voiture, j’aide Liam à s’attacher et nous prenons la route jusque chez Jayce. Une fois devant la porte, c’est Liam qui sonne, alors qu’il est dans mes bras. Jayce ouvre et Aléna débarque en courant. Mon dieu, j’espère que Liam ne va pas prendre peur. Elle l’emmène déjà dans le salon, ça me fait sourire. «Bonne soirée tous les deux !» «Merci. Je t’appelle quand on repasse le chercher.» C’est étrange, cette phrase. J’ai l’impression que nous vivons ensemble, tous les trois, et que pour une soirée en amoureux nous avons laissé notre fille à mes soeurs, avant de venir le chercher plus tard dans la soirée pour le ramener chez nous. Jayce prend Reagan dans ses bras pour lui faire un câlin, et puis c’est à mon tour. Elle en profite pour me glisser quelques mots à l’oreille «N’essaie pas d’aller trop vite, et n’oublie pas, gentleman !» Elle dépose un baiser sur ma joue et tapote mon épaule avant de refermer la porte. Nous voilà repartis jusqu’à la voiture, pour le moment encore silencieux de cette étrange situation. «Liam t’a raconté un peu notre journée entre mecs ?» Je souris un peu, il faut bien commencer par quelque chose, et quoi de mieux que d’embrayer une conversation sur notre petit bout de chou, qui prend déjà une place énorme dans mon coeur. Il faut que je me détende, c’est fou comme je suis angoissé de me retrouver seul avec Reagan. A la fois ça me fait un bien fou, et à la fois j’ai une peur bleue de ne pas être à la hauteur.

_________________

Learn to love again
Just give me a reason, just a little bit's enough, just a second we're not broken just bent, and we can learn to love again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA POUPÉE DE LEHYAN
MESSAGES : 247
DATE D’ARRIVÉE : 13/04/2014
AVATAR : kristin kreuk.
CRÉDITS : stilinski.


MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   Mer 10 Déc - 17:38

Nous étions deux enfants. Timides. Gênés. Nous connaissions tout les deux la fin de cette histoire. Sauf que nous n'étions actuellement pas capable d'y penser, d'agir. Nous étions en train de nous redécouvrir. D'apprendre à nous aimer, de nouveau. C'était presque amusant. Mais clairement déroutant. Je ne savais pas quelle attitude je devais adopter. Parce que notre situation était réellement étrange. J'apprenais à connaître l'homme que je connaissais par coeur, auparavant. C'était vraiment, vraiment étrange. Je me pinçais la lèvre. Essayais de marcher droit. Sans trébucher. Sans trembler. "Il est loin d’être idiot ..." Je souriais, incapable de me contenir. "Je sais" murmurais-je. Je sais. J'en étais consciente. Je n'avais pas envie que Liam se fasse de fausses idées. Je n'avais pas non plus envie de m'en faire. Notre situation était compliquée. Mais je me laissais porter par ce vent. Cette vague. Jusqu'à attirer au sein du domaine familial des Mitchell. Liam était excité. Impatient à l'idée de retrouver ses tantes. Tant mieux. Il aimait sa famille paternelle. Je ne pouvais qu'en être satisfaite. Son bonheur provoquait incontestablement le mien. La porte s'ouvre. Et c'est Jayce qui apparu à la porte. J'en souriais aussitôt. Avant d'être la soeur de Yan, elle était avant tout mon amie. Une fidèle amie. La dernière fois que nous nous étions parlés, j'avais été trop franche. Trop dure envers lui. "Bonne soirée tous les deux !" Liam s'évaporait, sans prendre le temps de m'embrasser. Tant mieux. Il ne se questionnait pas et vivait ce qui lui tombait dessus. "Merci. Je t’appelle quand on repasse le chercher." Mon regard tomba sur Yan. Nous formions presque une famille. Une véritable. Je me sentais rougir face à cette pensée. Qui était plus que justifiée. Je me glissais dans les bras de Jayce afin de lui dire au revoir. La serrant avec une tendresse qui m'était propre. Mes lèvres tombèrent sur ses joues. Puis je reculais. Retournais vers la voiture afin d'offrir un instant d'intimité entre Yan et sa soeur. Je retournais m'installer dans la voiture. Enfoncée dans mon siège. J'essayais d'afficher un visage neutre. Mais j'étais paniquée. Effrayée. Putain. "Liam t’a raconté un peu notre journée entre mecs ?" J'en étouffais un rire, amusée par sa queston. "Je la connais par coeur ! Il n'a pas arrêté de m'en parler." Liam était tellement fier de savoir son père pompier. Il avait beaucoup de mal à prononcer ce terme, d'ailleurs. Il préférait que nous contentions d'appeler Lehyan par son prénom. Puis un jour viendra. Et tout se fera naturellement. Je penchais mon visage vers le sien. L'observant conduire. Mes yeux brillaient. C'était plus fort que moi. Ma rancoeur, toujours présente, se faisait dominer par mon amour envers sa personne. Ca, ça n'avait pas disparu. Les années s'étaient écoulées mais tout était resté intact. "Tu n'imagines pas à quel point il est heureux d'avoir appris à te connaître et de passer du temps auprès de toi." Et moi, et moi aussi. J'étais heureuse. Malgré tout ce que je pouvais dire, laisser paraître. "Liam ne parle plus que de pompiers et de caserne. Ta relève est assurée." Je me décompressais. Doucement. Je savais que tout finirai par aller mieux. C'était comme faire du vélo. Tout revenait rapidement. Tout allait reprendre son rythme. Se remettre sur le bon chemin. Et j'allais enfin pouvoir souffler en paix.

_________________
quand l'orchestre s'arrêtera, je danserai encore. quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul. quand le temps s'arrêtera, je t'aimerai encore. je ne sais pas où, je ne sais pas comment. mais je t'aimerai encore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MILITAIRE
MESSAGES : 443
DATE D’ARRIVÉE : 03/06/2014
AVATAR : Stephen Amell le plus beau
CRÉDITS : Blue romance / Tinkerbell


MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   Mer 10 Déc - 19:45

J’essaie de me concentrer sur la route, ce n’est pas chose facile quand je sais que la femme la plus sublime du monde à mes yeux est juste là, assise près de moi dans une somptueuse robe mettant en valeur son corps de déesse. Je m’enflamme. Il faut que je reste calme. Que je pense à ce que m’a dit Jayce. Gentleman. Prendre son temps. Ne pas aller trop vite. Alors pour éviter de mettre directement les pieds dans une conversation qui nous mettrait mal à l’aise, je décide de parler de notre fils. Pour l’instant, c’est ce qui nous rapproche le plus. Dans le présent je parle. Elle rit. Mon dieu ce rire. C’est la première fois que je l’entends depuis que je suis revenu. Le premier vraiment sincère. J’ai eu droit à quelque sourires, mais c’est le premier éclat de rire. Je ne peux donc m’empêcher de sourire rien qu’à l’entente de ce doux son mélodieux. «Je la connais par coeur ! Il n'a pas arrêté de m'en parler.» Je suis content, je sens que Liam m’apprécie, c’est tout ce qui m’importe. Je ne veux pas qu’il me prenne pour son héros, je ne veux pas qu’il me craigne, je ne veux pas qu’il ait peur que je m’en aille. Je veux simplement qu’il m’aime, qu’il m’accepte. Et je pense être sur la bonne voie. «Tu n'imagines pas à quel point il est heureux d'avoir appris à te connaître et de passer du temps auprès de toi.» Un nouveau sourire se dessine sur mes lèvres. Celui là est un peu gêné, conquis surtout. Elle connaît Liam mieux que personne, et si elle dit ce genre de choses, c’est que ce doit être vrai. «Je suis vraiment content. C’est un enfant adorable.» «Liam ne parle plus que de pompiers et de caserne. Ta relève est assurée.» Je laisse échapper un rire amusé. «J’espère que ça changera d’ici qu’il ait l’âge de travailler. C’est pas un métier facile, et puis c’est dangereux quand même... enfin si c’est ce qu’il veut... on verra !» Ce ‘on verra’ veut dire beaucoup de choses. Il traduit mon envie de m’impliquer dans son éducation, mon besoin de le voir grandir désormais, de pouvoir donner mon avis quant à son évolution, sa vie future. Je veux être un père à part entière, je veux assumer ce que je suis. Nous arrivons assez rapidement à l’endroit où je voulais l’amener. Ce n’est pas la première fois que nous venons ici. Le soir de l'obtention de notre bac, je l’avais emmenée dans ce restaurant. Je ne sais pas si elle s’en souvient, mais pour moi c’était une soirée mémorable. Je la laisse descendre de la voiture et la verrouille alors que je me rapproche d’elle. J’ouvre la porte du restaurant et tel un gentleman, je la laisse passer, passant doucement ma main dans son dos, le plus naturellement du monde. «Bonsoir, nous avons une réservation au nom de Mitchell.» «Très bien, Mr et Mme Mitchell, veuillez me suivre.» Je ne peux retenir un petit rictus. C’est étrange, Mr et Mme Mitchell. Mais ça me plait bien. Je laisse Reagan passer devant et la suit avant de nous installer dans ce restaurant chic. Je n’arrive pas à la quitter des yeux, c’est dingue. Elle est tellement belle. Comment j’ai pu ne pas me rendre compte des sentiments qui grandissaient en moi. Une fois assis, je sors une petite boîte de ma poche. «Tiens, je voulais attendre un peu mais je suis trop impatient. Joyeux anniversaire !». Evidemment, comme prévu, elle semble surprise par la boîte, qui effectivement est une boîte à bijou, carrée, grosse comme une boîte qui contiendrait une bague de fiançailles. A l’intérieur se trouve bien une bague, mais pas n’importe laquelle. C’est une bague en acier, que je lui avais achetée sur un marché un été. Autant dire que c’est de la merde, mais la valeur est sentimentale. Avant de partir au combat, elle me l’avais donnée pour que je puisse la garder près de moi. Et je l’avais attachée autour de mon cou, tout le long des années difficiles passées à l’armée. Aujourd’hui, plus vieille, plus abîmée, mais bel et bien là.

_________________

Learn to love again
Just give me a reason, just a little bit's enough, just a second we're not broken just bent, and we can learn to love again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA POUPÉE DE LEHYAN
MESSAGES : 247
DATE D’ARRIVÉE : 13/04/2014
AVATAR : kristin kreuk.
CRÉDITS : stilinski.


MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   Ven 12 Déc - 19:15

"Je suis vraiment content. C'est un enfant adorable." Je connaissais ma chance. Liam était un enfant doux, attentionné, à l'écoute de mes paroles, de mes réflexions. Liam était simple, imaginatif, curieux. C'était réellement une belle personne. Avec une belle petite âme. J'aimais mon fils. Plus que tout. Je ne pouvais pas espèrer mieux. Attendre un cadeau plus beau de la vie. Il était ma consécration. Mon amour. Mon tout. "J'espère que ça changera d'ici qu’il ait l'âge de travailler. C'est pas un métier facile, et puis c'est dangereux quand même ... enfin si c'est ce qu'il veut ... on verra !" Un sourire s'esquissa sur mon visage. J'étais contente. Contente de voir son intérêt pour Liam. Son implication pour son avenir. Son désir de le voir heureux. Cela me rassurait. Même si les fantômes de notre passé ne s'étaient toujours pas enfuis. Me hantant en permance. M'obligeant à posséder cette crainte, cette ridicule crainte. Silencieuse, j'observais le paysage défiler sous mes yeux. Pensive. Captivée par les lumières sublimant la ville. Je reconnaissais le chemin. Le lieu devant lequel il s'arrêta. Je m'en pinçais la lèvre afin de m'empêcher d'esquisser un sourire trop révélateur. Je n'avais pas envie de faire exploser ma joie, ma surprise et mon étonnement. C'était trop spécial. Etrange. Je me laissais porter par le temps, le vent. Je me laissais porter par son bras. Conquise. "Bonsoir, nous avons une réservation au nom de Mitchell." "Très bien, Mr et Mme Mitchell, veuillez me suivre." Monsieur et Madame Mitchell. J'en avais longuement rêvé. L'entendre était une étrange sensation. Un rêve toujours présent. Mais intouchable. Irréalisable. C'était incensé. Trop compliqué. Trop bizarre. J'étais par ailleurs étonnée par l'effet que provoquait ctte dénomination sur ma personne. Je me posais face à lui, croisais mes jambes, déposais mes mains sur mes cuisses. Je ne savais pas comment me mettre. J'étais ailleurs. Plongée dans mes songeries. "Tiens, je voulais attendre un peu mais je suis trop impatient. Joyeux anniversaire !" "Yan ! Tu n'avais pas besoin." Je fronçais les sourcils, récupérais malgré tout cette petite boîte qui affola mon palpitant. Il était fou. Mais, c'est que je désirais. C'est ce que j'attendais de lui. Des gestes. Des actes. Des preuves. Du concret. Je ne voulais pas de ses belles paroles, de ses promesses. J'avais besoin de pouvoir lui faire confiance, de pouvoir croire en ces mots et en la sincérité de ses paroles. Doucement, j'ouvris le paquet. Et ce que j'y découvris bloqua ma respiration. J'étais choquée. Très surprise et étonnée. Putain. J'étais violemment plongée dans mes souvenirs. Mon regard se noya. Submergée par cette puissante vague d'émotions. Cette bague, ce tas de feraille avait une valeur des plus sentimentales. C'était bien mieux que de l'or. Que toutes ces futilités. Ce bijou contenait mon amour. Mon désir de rester constamment auprès de lui. Et il me le rendait. Parce qu'il était revenu. Parce qu'il m'était revenu. "Wow." J'étouffais enfin un soupire. Reprenant mon souffle. "Je ne sais pas quoi dire ..." Ma sensabilité s'entendait dans ma voix cassée. Non. Je ne pleurerais pas. Même si ces larmes étaient causées par un bonheur certain. Je ne pleurerais pas, je ne le désirais pas. Mais j'étais réellement chamboulée. Touchée. Je roulais la bague entre mes doigts, l'observais, la détaillais. Puis, c'est avec douceur que je l'enfilais sur l'un de mes doigts. Ma main était sublime. Je resserrais mon autre paume contre ma main. "Merci." Un souffle. Un sourire. Une larme. Rien de plus. Je n'en étais pas capable. Mon corps répondait. Pas mes paroles, je n'en étais pas capable. Vraiment pas.

_________________
quand l'orchestre s'arrêtera, je danserai encore. quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul. quand le temps s'arrêtera, je t'aimerai encore. je ne sais pas où, je ne sais pas comment. mais je t'aimerai encore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MILITAIRE
MESSAGES : 443
DATE D’ARRIVÉE : 03/06/2014
AVATAR : Stephen Amell le plus beau
CRÉDITS : Blue romance / Tinkerbell


MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   Lun 5 Jan - 10:58

« Yan ! Tu n'avais pas besoin.» Un simple sourire en guise de réponse. Dans la vie, on est jamais obligés de rien. Ou presque. Mais quand on veut reconquérir le coeur de quelqu’un, il faut s’en donner les moyens. Je suis attentif à ses moindres gestes, le moindre soupir, une respiration, un regard, un sourire, un tremblement, un frisson. Chaque détail compte. Le rouge lui montant aux joues ne fait qu’accélérer les palpitations de mon coeur. « Wow.» Je crois que mon cadeau a eu l’effet escompté. Elle a beau m’en vouloir, d’être parti, de ne pas avoir donné de nouvelles, d’avoir abandonné tout ce que j’avais de plus cher au monde, ce soir, je lui prouve que rien n’est fini, et que dans ma tête, comme dans mon coeur, elle a toujours été là. Toujours. « Je ne sais pas quoi dire ...» Sa voix cassée, troublée. J’en avale ma salive, une boule naissant dans ma gorge. Je lui souris, parce que c’est la seule chose que j’ai envie de faire, là, maintenant. Je la regarde glisser la bague à un de ses doigts. Comme avant. Mon coeur s’accélère un peu plus. Je prends ça pour un signe d’acceptation. Ce n’est que le début, et je ferai tout pour qu’elle me pardonne, un jour.  « Merci.» Dans ce simple mot, il y a tellement plus. Pourtant, c’est tout ce qu’elle m’octroie. Mais je reste patient. Je connais Reagan, je sais qu’il lui en faudra d’autres pour se laisser aller. Mais j’y arriverai. «De rien... enfin... je trouvais normal que ce soit toi qui l’ait...» Et puis, voir cette bague à son doigt fait remonter tout un tas de souvenirs. Je ne me lasse pas de la regarder, me remémorer tous ces souvenirs. «J’aurai pu t’offrir un bouquet de fleurs, mais j’ai trouvé que c’était plus personnel...» Je me racle un peu la gorge. Comment parler pour ne rien dire. C’est le stress. Il est palpable, entre nous. J’ai hâte que tout ça devienne plus naturel. Le serveur vient prendre notre commande, laissant ainsi apaiser cette tension qui régnait. Il nous sert un verre de vin chacun avant de s’en aller. Je n’arrête pas de regarder Reagan, et puis je souris, tout seul, comme un abruti. «C’est fou... j’ai rêvé de ce moment sans vraiment m’en rendre compte, souvent... te voir là juste en face de moi, inchangée, toujours aussi... belle.» Je prends mon verre de vin entre mes doigts et le tends vers Reagan. «A notre fils, à ton anniversaire et... à nos retrouvailles.» Je lui offre un sourire complice et laisse trinquer nos verres avant de porter le mien à mes lèvres. «Alors raconte-moi. Comment se passe ton boulot ? Ça te plait toujours autant ?» Banalités. Je n’ai trouvé que ça. Il faut que je me détende, que je sois moi-même. J’ai du mal. L’avoir là juste en face de moi me trouble, me rend différent, me rend moi-même. Plus je la regarde et plus je regrette amèrement mon choix d’être parti. Qu’aurait été notre vie ? Aurait-on élevé cet enfant tous les deux ? Aurions-nous assouvi cette passion que l’on retenait l’un en l’autre, l’un pour l’autre. Je ne quitte plus ses yeux, me laissant partir dans un autre monde. Un monde avec des ‘et si...’

Spoiler:
 

_________________

Learn to love again
Just give me a reason, just a little bit's enough, just a second we're not broken just bent, and we can learn to love again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA POUPÉE DE LEHYAN
MESSAGES : 247
DATE D’ARRIVÉE : 13/04/2014
AVATAR : kristin kreuk.
CRÉDITS : stilinski.


MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   Sam 24 Jan - 19:17

"De rien ... enfin ... je trouvais normal que ce soit toi qui l’ait ..." Peut-être. Peut-être pas. En tout cas, j'étais touchée. Énormément. En plein coeur. Si c'est ce qu'il essayait de déclencher en m'offrant ce bijou. Il avait gagné. Mes yeux brillaient toujours autant d'émotions. Ses paroles, ses actes, tout était tout ce que je désirais. Autrefois. Mais je ne pouvais pas oublier ce qui s'était produit auparavant. Et je m'en voulais presque, d'avoir cette maudite rancœur dans la peau. Sinon, je savais que mes lèvres auraient déjà retrouvées les siennes. Mais c'était compliqué. Trop compliqué de surmonter cette montagne. Mais je venais de faire un bond en avant. Il venait de me hisser avec une corde. Me rapprochant davantage du sommet. Je n'arrivais pas à respirer. A retrouver un souffle correct. J'étais charmée. Touchée. Abasourdie à l'idée de posséder de nouveau cette bague sur mon doigt. "J'aurai pu t'offrir un bouquet de fleurs, mais j’ai trouvé que c’était plus personnel ..." "Oui" murmurais-je aussitôt, d'une voix tremblante. J'esquissais un sourire. Il fallait que je me ressaisisse et que je me redresse. Je ne pouvais pas lui permettre de posséder une telle emprise sur mon comportement. Mes réactions. Et mes sentiments. "C'est fou ... j'ai rêvé de ce moment sans vraiment m'en rendre compte, souvent ... te voir là juste en face de moi, inchangée, toujours aussi ... belle." Leyhan n'arrangeait rien. Ses paroles augmentaient la rapidité des pulsations de mon coeur. Intensifiait la rougeur qui envahissait ma peau. J'abaissais mon visage. Offrant le plaisir à mes cheveux de masquer mes traits, ma rougeur et mes sentiments. Je frottais avec délicatesse ma peau. Redressais mon buste et récupérais mon verre. L'accompagnant de ses gestes. "A notre fils, à ton anniversaire et ... à nos retrouvailles." Mon sourire se mêla au sien, et mon verre frappa le sien. "Alors raconte-moi. Comment se passe ton boulot ? Ça te plait toujours autant ?" Cette question, tu l'oubliais immédiatement. Tu t'en moquais. Elle ne correspondant pas à ce que tu souhaitais lui dire. Lui transmettre. Son regard te perturbait tant. Mais te rappelais à quel point tu l'aimais. A quel point son charme te saisissait, te transperçait. Quel homme. Quel charisme. Prestance. Il avait tout. Tout ce qu'une femme pouvait désirer auprès d'elle. La force. Et la douceur. Si seulement il n'y avait pas l'absence et l'oubli. "Je crois que tu ne réalises pas à quel point j'ai souhaité te savoir à mes côtés." Il m'ouvrait son coeur. Je désirais agir de la même manière que lui. Peut-être que cela me permettrait d'avancer. L'honnêteté étant la base de toute relation. "Depuis que tu es parti, il ne s'est pas déroulé une journée sans que je pense à toi. Sans que je m'endorme sans imaginer ce qu'aurais pu être ma vie à tes côtés, avec ta présence auprès de Liam." D'une douceur précise, je caressais ma bague, la faisait rouler autour de mon doigt. Je jouais avec le bijou. Incapable de masquer mes fossettes souriantes. "Je te sentais, quoi que je fasse. Tu étais là. Sans que je puisse t'atteindre." Je lui souriais, touchée par mes propres paroles. "Puis tu es revenu ..." Songeuse, perdue dans mes pensées. Mon aveu. Il le savait déjà. S'en doutait. Je le lui avais déjà formulé. Mais je ressentais encore le besoin de tout dire. Tout exprimer. "Je ne pensais pas que te revoir pouvait me faire aussi mal. Ton absence m'a vraiment blessé Leyhan. Et pourtant tu es là, tu es tout ce que j'ai toujours voulu." Je soupirais. Complètement débousolée. Encore une fois, je caressais mon visage. Essayais de chasser ces traits tendus qui bloquaient mon visage. Et je soupirais, encore. Charmée. Fatiguée. Perturbée. Mais je le désirais. Comme jamais. "Je ne sais pas pourquoi je te dis toutes ces choses, je suis perdue." Et un nouveau sourire s'esquissa sur mon visage. Parce que j'étais toujours ainsi. Souriante. Quoi qu'il arrive. Quoi que je traverse. Quoi que j'apprenne.

_________________
quand l'orchestre s'arrêtera, je danserai encore. quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul. quand le temps s'arrêtera, je t'aimerai encore. je ne sais pas où, je ne sais pas comment. mais je t'aimerai encore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MILITAIRE
MESSAGES : 443
DATE D’ARRIVÉE : 03/06/2014
AVATAR : Stephen Amell le plus beau
CRÉDITS : Blue romance / Tinkerbell


MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   Jeu 29 Jan - 22:20

J’ai l’habitude de changer de sujet, quand je suis mal à l’aise à propos de quelque chose, ou que j’estime avoir assez parlé de la chose en question. Là, c’est plutôt parce que je suis mal à l’aise. Je n’arrive pas à mettre les mots exacts sur ce que je ressens, ce que je ressens maintenant, ce que je ressens pour elle, ce que j’ai toujours ressenti en sa présence, et que je me suis toujours forcé à garder enfoui en moi. Mais Reagan, elle, n’a pas lait de vouloir changer de sujet. Je n’arrive pas à détourner mon regard d’elle, ses yeux, ses lèvres, son visage... «Je crois que tu ne réalises pas à quel point j'ai souhaité te savoir à mes côtés.» Je n’ai rien à répondre à ça. Je crois qu’elle a raison. Je ne me rends pas bien compte. Comme elle ne se rend pas compte de combien son absence a creusé un vide dans ma poitrine pendant toutes ces années. «Depuis que tu es parti, il ne s'est pas déroulé une journée sans que je pense à toi. Sans que je m'endorme sans imaginer ce qu'aurais pu être ma vie à tes côtés, avec ta présence auprès de Liam.» Cette fois je baisse les yeux. Une seconde, ou deux. Et je laisse aller mes doigts nerveusement sur ma serviette. Je regrette, elle le sait, je lui ai dit déjà. Je sais qu’elle ne dit pas ça pour enfoncer le couteau dans la plaie. Pourtant, c’est le sentiment que j’en ai. Mais sa voix est tellement douce, tellement posée. Je ne peux que relever mon regard pour le poser à nouveau sur elle. Comme s’il était attiré, impossible de tenir plus longtemps sans la regarder, longuement. «Je te sentais, quoi que je fasse. Tu étais là. Sans que je puisse t'atteindre.» Mon coeur se serre. Elle était là, elle aussi. Autour de mon cou, dans ma tête, dans mon coeur. Toutes ces fois où j’aurai rêvé être auprès d’elle au lieu d’être là où j’étais, à me battre pour des conneries. «Puis tu es revenu ...» J’esquisse un sourire. Un mince sourire, bloqué au coin de mes lèvres. Parce que oui, s’il y a bien une chose dont je suis heureux, c’est d’être revenu. D’avoir arrêté l’armée, d’avoir retrouvé Reagan, et rencontré Liam. «Je ne pensais pas que te revoir pouvait me faire aussi mal. Ton absence m'a vraiment blessé Lehyan. Et pourtant tu es là, tu es tout ce que j'ai toujours voulu.» Mon coeur se serre un peu plus, et je laisse échapper un sourire, sans avoir pu le retenir. Plus les jours passent et plus je me rends compte du mal que je lui ai fait. «Je ne sais pas pourquoi je te dis toutes ces choses, je suis perdue.» Naturellement, sans attendre plus longtemps, sans y réfléchir plus d’un quart de seconde, je tends mon bras et viens attraper sa main. « Je suis vraiment désolé de foutre le bordel comme ça dans ta vie. Je sais que ça va être long, et difficile. Mais maintenant que je suis là, je veux que tu saches que tu peux compter sur moi. Je sais que tu vas mettre du temps, pour retrouver confiance en moi. Et si ça arrive un jour, je serai le plus heureux des hommes.». Tout ça, dit les yeux dans les yeux, simplement pour qu’elle comprenne que je compte assumer celui que je suis. Cet homme qui est maintenant père. Cet homme qui est conscient d’avoir fait la plus grosse connerie de sa vie en n’assumant pas son amour pour une femme aussi parfaite qu’elle. Cet homme qui voudrait plus que tout retrouver la femme qu’il a toujours aimée. Je retire ma main doucement, pas que je le veuille, mais juste que je ne voudrais pas qu’elle soit mal à l’aise. Le serveur arrive pour prendre notre commande, et une fois reparti, un mince silence s’installe. Avant que je ne le brise. «Tu sais, si j’avais dû mettre un dollar dans un bocal chaque fois que j’ai prononcé ton prénom, auprès de mes collègues, je crois que ce bocal vaudrait de l’or aujourd’hui...» Je laisse échapper un petit rire, rien qu’en me souvenant de la tête de mes amis et collègues, sur la fin. «Je les bassinais un peu, je crois.»

_________________

Learn to love again
Just give me a reason, just a little bit's enough, just a second we're not broken just bent, and we can learn to love again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA POUPÉE DE LEHYAN
MESSAGES : 247
DATE D’ARRIVÉE : 13/04/2014
AVATAR : kristin kreuk.
CRÉDITS : stilinski.


MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   Sam 31 Jan - 16:00

Je réceptionnais cette main qu'il me tendait. La serrant immédiatement contre mes doigts. M'y agrippant. Je laissais cette étreinte, douce, me rassurer. Me réconforter. Peut-être même, m'apaiser. J'étais perdue. Réellement perdue. Parce que je me questionnais bien trop sur ma situation, notre situation. Me laisser aller dans ses bras, étais-ce agir stupidement et oublier toute la peine qu'il m'avait causé ? Être distante envers lui étais-ce agir trop durement et oublier les beaux instants que nous avions vécus ensemble ? J'étouffais un soupire. Maudite situation. Vraiment. "Je suis vraiment désolé de foutre le bordel comme ça dans ta vie. Je sais que ça va être long, et difficile. Mais maintenant que je suis là, je veux que tu saches que tu peux compter sur moi. Je sais que tu vas mettre du temps, pour retrouver confiance en moi. Et si ça arrive un jour, je serai le plus heureux des hommes." Le sourire que j'esquissais en disait long sur mon ressenti face à ses paroles. Le plus heureux des hommes. Cela me semblait presque surprenant. Et vraiment étrange. Lui qui était parti, lui qui semblait s'en foutre de nous. De tout. En quittant le pays, ses proches, pour rejoindre l'armée. Pour poursuivre cette mission. Lui. Ce même homme. Disait aujourd'hui pouvoir devenir l'homme le plus heureux si je parvenais à retrouver confiance en lui. Je préférais ne pas répondre. Et fut soulagée de découvrir le serveur s'approcher de nous afin de tous nous servir. Je le remerciais du regard, et par un bref mouvement du visage. "Tu sais, si j'avais dû mettre un dollar dans un bocal chaque fois que j'ai prononcé ton prénom, auprès de mes collègues, je crois que ce bocal vaudrait de l'or aujourd'hui ..." Je rougissais. Déjà. Putain, Reagan. Puis je pinçais l'intérieur de ma joue, afin d'essayer de chasser cette teinte qui envahissait ma peau. "Je les bassinais un peu, je crois." "A ce point ?" J'étais surprise. Vraiment surprise. J'essayais alors de l'imaginer. Entourés d'hommes, de collègues. A discuter de tout. De rien. Puis parfois de moi. De nous. C'était presque absurde. Moi, j'étais restée ici. Seule et démunie. En le pensant insensible à notre relation, à mes sentiments à son égard. Alors que finalement. Il n'avait jamais cessé de penser à moi. C'était vraiment déconcertant. Étonnant. Mais rassurant. Je secouais une fois de plus mon visage. "Contrairement à toi, je ne te mentionnais jamais. J'y pensais, mais je n'en parlais pas." Je préférais continuer d'être honnête vis-à-vis de Leyhan. A quoi bon commencer à faire semblant ? "Même avec Jayce." Je glissais tout mes cheveux d'un même côté de sa nuque. J'avais toujours su les soupçons qu'elle avait concernant Liam. Mais jamais. Jamais je n'avais avoué la paternité de Leyhan. Parce que je ne désirais pas impliqué un homme qui s'en foutait. Ou du moins, d'un homme dont j'étais persuadée qu'il s'en foutait. Alors que ce n'était pas le cas. Si seulement. Si seulement j'avais pu obtenir un mot, ou un geste de sa part me prouvant que j'avais eu tord. Tout aurait été diffèrent pour Liam. Mais également pour moi. "Exceptés mes parents, personne ne savait que tu étais le père de Liam. Je me suis toujours dis que tu n'aimerais pas l'apprendre par une autre personne que moi, le jour où tu t'y intéresserais, bien sûr." Doucement, je débutais la dégustation du repas qui se trouvait face à moi. Sans faim. Sans réelle envie. La seule et unique qui me motivait, en cet instant, c'était les paroles de Lehyan. Ce qu'il m'avouait. Me livrait. Enfin.

_________________
quand l'orchestre s'arrêtera, je danserai encore. quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul. quand le temps s'arrêtera, je t'aimerai encore. je ne sais pas où, je ne sais pas comment. mais je t'aimerai encore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MILITAIRE
MESSAGES : 443
DATE D’ARRIVÉE : 03/06/2014
AVATAR : Stephen Amell le plus beau
CRÉDITS : Blue romance / Tinkerbell


MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   Dim 1 Fév - 10:28

Sentir sa main serrer la mienne, ça fait du bien. Mon coeur se serre, un peu comme elle serre ma main. Mais c’est une sensation agréable. Il s’agite un peu, retrouvant certaines sensations foutrement agréables. Il y a certaines choses qui ne s’effacent jamais. Certaines sensations, certains souvenirs, certains ressentis, certains sentiments, qui jamais ne disparaissent. Et puis, j’essaie de détendre l’atmosphère, j’essaie de changer un peu de sujet, peut-être aussi de la faire rire, ou au moins sourire. Alors je lui parle de quand j’étais en mission, de toutes ces fois où j’ai parlé d’elle. «A ce point ?» Je laisse échapper un petit rire. «Oui.» Je hausse un peu les épaules et garde ce petit sourire, au coin de mes lèvres. «Contrairement à toi, je ne te mentionnais jamais. J'y pensais, mais je n'en parlais pas.» Je me doute. Elle ne pouvait pas vraiment en parler à Liam, trop petit pour comprendre, et elle le protégeait j’imagine. Et puis, les personnes nous connaissant tous les deux ne pouvaient pas forcément imaginer ce qui avait pu se passer entre nous. «Même avec Jayce.» Jayce. Jayce savait, depuis le début. Elle savait même avant moi. Elle savait que j’aimais Reagant avant que je ne m’en sois rendu compte moi-même. Jayce comprend trop vite les choses, elle voit tout, ressent tout. Je ne sais même pas comment elle fait. J’esquisse un sourire à la pensée de ma petite soeur. Je me souviens de cette discussion, quand je suis rentré, elle me disait d’aller voir Reagan, c’était important visiblement. Et elle avait raison. Parce qu’au fond, elle savait que Liam était mon fils. Elle le sentait. Même si Reagan ne lui en avait jamais parlé. «Exceptés mes parents, personne ne savait que tu étais le père de Liam. Je me suis toujours dis que tu n'aimerais pas l'apprendre par une autre personne que moi, le jour où tu t'y intéresserais, bien sûr.» Je souris, un peu, de nouveau. Je la regarde, longuement. C’est aussi ça qui m’a toujours fait craquer sur elle, en plus de sa beauté. Ce sont ces valeurs. Je n’aurai jamais pu espérer une meilleure mère pour mes enfants. Enfin. Pour mon enfant. «Oui. Je pense que tu as bien fait. Même si je t’en aurai voulu de rien. Il y a tellement de choses sur lesquelles tu peux m’en vouloir, que ça à côté. J’aurai rien pu dire. Après tout, c’est ton fils et toi qui décide pour lui.» J’aimerai qu’un jour, je puisse moi aussi prendre certaines décisions pour lui. Qu’elle me laisse une part dans l’éducation de notre fils. Ok, je n’ai pas été présent les 5 première années de sa vie, mais maintenant je suis là, et je ne repartirai pas. Alors il ne me reste plus qu’à espérer qu’elle me fasse à nouveau confiance. Je commence à mon tour de manger ce que le serveur vient de nous apporter, et un petit silence s’installe, avant que je ne le brise. «Je viens de me trouver un appartement. C’est pas très loin de chez toi, 10mn à pieds. Et y’a une 2ème chambre, j’aimerai bien en faire la chambre de Liam. Enfin.. un endroit pour lui quand il viendra quoi. Si tu le laisses venir chez moi... de temps en temps...» Je la regarde et hausse un peu les épaules. J’essaie d’avancer, pas à pas. Lui prouver que je veux être le père que Liam mérite, avant de pouvoir peut être un jour devenir l’amant qu’elle désire.

_________________

Learn to love again
Just give me a reason, just a little bit's enough, just a second we're not broken just bent, and we can learn to love again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA POUPÉE DE LEHYAN
MESSAGES : 247
DATE D’ARRIVÉE : 13/04/2014
AVATAR : kristin kreuk.
CRÉDITS : stilinski.


MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   Dim 1 Fév - 11:49

«Oui. Je pense que tu as bien fait. Même si je t'en aurai voulu de rien. Il y a tellement de choses sur lesquelles tu peux m'en vouloir, que ça à côté. J'aurai rien pu dire. Après tout, c’est ton fils et toi qui décide pour lui." Je secouais mon visage, en accord sans paroles. Sans l'être entièrement. "C'est également ton enfant Leyhan, tu as autant de droits sur lui que je peux en avoir." Officiellement, Liam n'a pas de père. Mais génétiquement parlant, je savais que c'était Leyhan. Je ne l'empêcherais jamais de passer du temps auprès de son fils, jamais. C'était tout aussi important pour moi, pour lui, que pour Liam. Je me pinçais les lèvres. C'était une discutions important. Je le savais, je le sentais. Je reposais mon attention sur mon plat, que je mangeais. Doucement. Silencieusement. Respectueuse envers ses pensées. Je n'aimais pas combler inutilement ces instants-là. A chacun ses envies, ses désirs. Le silence n'a rien d'assourdissant. De compliquer. Il suffit de le respecter, et de le comprendre. Jusqu'à ce que l'autre reprenne la parole.  "Je viens de me trouver un appartement. C'est pas très loin de chez toi, 10 mn à pieds. Et y'a une 2 ème chambre, j'aimerai bien en faire la chambre de Liam. Enfin .. un endroit pour lui quand il viendra quoi. Si tu le laisses venir chez moi ... de temps en temps ..." Je lui souriais, contente de sentir son implication auprès de Liam. Son désir de passer du temps auprès de lui, de le voir grandir, s'épanouir, d'être un père présent. D'être tout simplement, tout ce que Liam a toujours mérité de posséder. C'est réellement un bel enfant. Intelligent. Doux. Attentionné. Qui méritait d'être heureux, accompagné, soutenu. "Yan, ce n'est pas contre toi, mais je préférerais vraiment que ce soit toi qui viennes chez nous plutôt que Liam qui aille chez toi." Une petite moue s'esquissa sur mon visage, je ne voulais pas lui paraître réticente à l'idée qu'il passe du temps seul avec notre fils. "Sa chambre, c'est son cocon, je n'ai pas envie qu'il se perdre et qu'il se retrouve à posséder deux endroits différents. Enfin, ce n'est pas ce que je veux pour lui. Il a déjà ses repères ici, et il est déjà suffisamment perturbé par ton arrivée." Une pause. Ma gorge était sèche. Je récupérais mon verre afin d'en boire une longue, une très longue gorgée. Je lui souriais, sans cesse. Parce que j'étais ainsi. Incapable d'agir autrement qu'en penser au bien-être d'autrui. Le bonheur des autres avant le mien. Notre situation était compliquée, difficile à comprendre. Autant nous, que pour Liam. Alors j'essayais d'agir au mieux, pour que nous soyons tous attentifs aux désirs de notre enfant. Nos propres souhaits passant au second plan. "Mais je peux partir tu sais, j'irais chez mes parents ou chez toi. En fait, je préfère que ce soit nous qui alternions plutôt que lui. Je pense vraiment que ce sera plus simple pour Liam de continuer à vivre comme avant." Et ainsi. Liam pourra grandir dans un cadre familial stable. Avec des repères fixes. Concernant ma relation avec Leyhan, la reconstruire sera beaucoup plus difficile. Avec Liam, il partait du néant. Avec moi, il y avait trop de souvenirs. Trop de choses. D'ailleurs, je remarquais qu'en parlant, je n'avais pas cesser un seul instant de jouer avec la bague qu'il m'avait remise. Ce qui me fit sourire davantage. "J'espère que tu me comprends Yan ... Ce n'est pas contre toi."

_________________
quand l'orchestre s'arrêtera, je danserai encore. quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul. quand le temps s'arrêtera, je t'aimerai encore. je ne sais pas où, je ne sais pas comment. mais je t'aimerai encore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MILITAIRE
MESSAGES : 443
DATE D’ARRIVÉE : 03/06/2014
AVATAR : Stephen Amell le plus beau
CRÉDITS : Blue romance / Tinkerbell


MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   Sam 7 Fév - 9:04

«Yan, ce n'est pas contre toi, mais je préférerais vraiment que ce soit toi qui viennes chez nous plutôt que Liam qui aille chez toi.» Je relève le nez de mon assiette pour plonger mon regard dans celui de Reagan. Mon coeur se serre à sa phrase. C’est comme si elle mettait volontairement une distance entre nous, entre mon fils et moi. Je sais que ce n’est pas vraiment ce qu’elle a voulu dire, en tout cas, je sais qu’elle n’a pas voulu me faire de mal en me disant ça. J’avale difficilement ma salive et ne la lâche pas du regard, espérant qu’elle va dire autre chose pour clarifier mon esprit. «Sa chambre, c'est son cocon, je n'ai pas envie qu'il se perdre et qu'il se retrouve à posséder deux endroits différents. Enfin, ce n'est pas ce que je veux pour lui. Il a déjà ses repères ici, et il est déjà suffisamment perturbé par ton arrivée.» Je hoche doucement la tête, bien que déçu. J’ai voulu bien faire en imaginant que Liam serait heureux d’avoir aussi son espace chez moi. Mais Reagan le connait, elle, et elle sait mieux que moi ce qui est bon pour lui. Je me mords un peu l’intérieur de ma joue, comme pour essayer d’évacuer mon stress. Mon coeur bat à une vitesse folle. Je ne sais pas pourquoi cette discussion me met si mal à l’aise. J’ai l’impression d’être vraiment un père en carton. «Mais je peux partir tu sais, j'irais chez mes parents ou chez toi. En fait, je préfère que ce soit nous qui alternions plutôt que lui. Je pense vraiment que ce sera plus simple pour Liam de continuer à vivre comme avant.» Je hoche de nouveau la tête avant de fuir son regard. «Oui, tu as sûrement raison.» Je me rends compte que je me suis renfermé comme une huitre d’un seul coup. C’est comme se donner du mal pour faire quelque chose qu’on pense bien, et que finalement quelqu’un nous dit que tous nos efforts ne servent à rien, et surtout qu’ils sont irréfléchis. Ma fourchette trifouille nerveusement les aliments qui se trouvent dans mon assiette. «J'espère que tu me comprends Yan ... Ce n'est pas contre toi.» Je soupire un peu. «Non je sais. Je viens juste de me prendre une claque. Je pensais bien faire et puis je me rends compte que ce que je pensais bien ne l’est pas du tout pour lui. Je m’en veux un peu.» Je relève finalement les yeux pour la regarder. «C’est pas de ta faute. T’inquiètes pas je comprends. Mais je veux surtout pas bousculer votre vie, enfin pas dans le mauvais sens du terme. Je préfère que tu me dises quand j’aurai le droit de le voir. Et s’il faut venir à lui je le ferai y’a aucun problème.» J’esquisse un petit sourire, bien qu’un peu déçu, je tente de garder bonne figure. «Mais je veux pas que tu t’en ailles, chez toi c’est chez toi. Si je veux être un peu seul avec lui, je l’emmènerai en balade, au zoo, à un match de baseball, faire du karting ou je sais pas... enfin des trucs qu’on pourrait faire entre père et fils quoi !» Cette simplement pensée me redonne un tantinet le sourire. Parce que finalement, le plus important, c’est son bonheur, et pour ça, je donnerai ma vie. Je me racle un peu la gorge pour éloigner cette petite boule qui s’était nichée là. «Il fait du sport ?». Yan ou le pro pour changer de sujet, ou au moins dévier ce qui me met mal à l’aise.

_________________

Learn to love again
Just give me a reason, just a little bit's enough, just a second we're not broken just bent, and we can learn to love again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Happy birthday [Reayan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Happy birthday [Reayan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» HAPPY BIRTHDAY MICHAEL !
» Happy Birthday John WIlliams (8 fevrier 1932)
» HAPPY BIRTHDAY
» Happy Birthday
» Happy birthday Emy!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▿ TEMPTED. ::  :: East San Francisco :: Union Square-