Partagez | .
 

 we can't stop. (coleen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
LE MILLIARDAIRE
MESSAGES : 127
DATE D’ARRIVÉE : 19/09/2014
AVATAR : lucky blue.
CRÉDITS : moi-même.


MessageSujet: we can't stop. (coleen)   Mar 23 Sep - 17:45

« Regarde moi bien petit, si je suis dans cet état là c’est parce-que je suis cap de tout moi ok ? Alors maintenant tu t’excuses ! »


Des inconscients. Des gamins égoïstes. Des sans limites. Voilà ce que nous étions, Coleen et moi. C’était un jeu. Une pure connerie, sans queue ni tête. Je ne sais pas comment tout cela a commencé, ni quand d’ailleurs. Je sais juste qu’on est incapable de s’arrêter. Qu’on se pousse à bout. Toujours plus loin. Et que c’est comme ça. On se lance des défis. Cap d’insulter un passant au hasard en marchant dans la rue ? Cap de pointer du doigts un homme en hurlant qu’il a une bombe planquée sous sa veste dans le métro ? Cap de monter dans un taxi et de prendre la fuite à un feu rouge ? Nous cesserons pas. Ni elle, ni moi. Coûte que coûte. Bornés. Si notre jeu n’était pas dangereux, ça ne serait pas grave. S’il n’impliquait que nous, ça passerait encore. Mais ce n’est pas le cas. Il y a une troisième personne dans l’équation. Nous avons plongé un homme dans le coma. Inconscients, je vous l’avais dit. On a eu la folle idée de planquer une tonne de pétards dans une boîte aux lettres. Résultat, on a déclenché un incendie. Je pensais pas que ça serait si facile, et pourtant. Des appartements ont été ravagés, et un homme a été à moitié brûlé et à moitié asphyxié. C’est lui. Notre homme dans le coma. On ne sait pas comment il s’appelle. Mais pour nous il s’appelle James. Et toutes les semaines, nous nous donnons rendez-vous à l’hôpital pour lui rendre visite, et avoir bonne conscience indirectement. Je frappe, par réflexe. Pour m’assurer qu’il n’y a personne, surtout. Et en effet, personne ne répond. Je ne sais pas si James reçoit des visites de toute façon. Alors j’entre dans la chambre. « Salut mec. T’as l’air en forme aujourd’hui. » La vérité, c’est qu’il est sacrément amoché. Mais je n’ose pas le lui dire. De toute façon, il est dans le coma. Il m’entend pas. Je sais pas pourquoi je le salue encore. Je m’assieds finalement sur une des deux chaises à côté de son lit. Les murs sont toujours aussi blancs, aussi tristes. Je lâche un soupir et regarde l’horloge clouée au mur. « Putain, qu’est-ce qu’elle fout ? » On toque à la porte, et Coleen fait son apparition. « Sérieux, tu mets un mec dans l’coma et tu t’permets d’arriver en r’tard le seul jour de la semaine où on lui rend visite ? » J’applaudis. « C’est beau. »

_________________
Moi je suis qu'un pauvre gars, ils m'appellent l'idiot. Celui qui fait peur aux bêtes, qui fait mal aux oiseaux. Mais faut pas croire, tu sais moi j'suis pas méchant, j’ai juste l'air maladroit, je sais juste pas comment faut leur parler aux filles. Moi quand je vois les larmes leur tomber la joue, moi j'voudrais leur dire qu'elles sont belles, et qu'il faut pas qu'elles pleurent pour un idiot. Puis faut qu'elles arrêtent d'êtres connes et de tomber toujours amoureuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA PERCHÉE
MESSAGES : 459
DATE D’ARRIVÉE : 18/05/2014
AVATAR : mimi elashiry.
CRÉDITS : yin.yang


MessageSujet: Re: we can't stop. (coleen)   Mer 24 Sep - 18:03

Je frappais, essoufflée. Puis pénétrais dans la lugubre chambre d'hôpital dans laquelle je devais retrouver mon acolyte. Je déposais immédiatement mon regard sur le visage de cet homme plongé dans le coma. Un soupire m'échappa. Je ne pouvais pas m'empêcher de culpabiliser. De regretter mon geste, ma folie. C'était la première fois que je causais de si grands tords à une personne autre que moi. River ? Je l'ignorais. Sauf que. "Sérieux, tu mets un mec dans l’coma et tu t’permets d’arriver en r’tard le seul jour de la semaine où on lui rend visite ?" "Pardon ?" lui demandais-je, clairement choquée par cette phrase. Ses applaudissements. Son air hautain. Son reproche. Mon pouls s'accélérait. Ma colère bourdonnait dans mes oreilles tandis que ma panique me poussait à étouffer un soupire qui me fit tousser. "C’est beau." Je déposais mon sac sur le sol et allait me poser de cet homme perdu dans le sommeil. Son âme consciente, son corps endormi. Je me pinçais la lèvre. J'essayais de me contenir parce que je savais que ce n'était pas l'endroit pour m'énerver. Pour le frapper. Pour lui cracher au visage tout ce que je pensais actuellement. Mais j'étais Coleen. J'étais, je resterais toujours la même. L'impulsive. La sincère. La, trop, directe. Je me rapprochais alors de lui. "Tu te fous de ma gueule j'espère River ?" lui demandais-je, articulant à la perfection l'ensemble dans mes mots. "Tu te fous de ma gueule ?" insistais-je. Mon poing alla frappa son torse. Je voulais qu'il réagisse. Qu'il redescende de son nuage. Qu'il cesse de déposer l'ensemble des tords sur moi. Je n'étais pas la seule fautive dans cette histoire. "Tu étais avec moi ce jour-là ! Tu étais avec moi ! Tu es tout autant coupable que moi alors peux-tu arrêter de toujours ramener ça uniquement sur moi ?" criais-je. "Tu t'prends pour qui sérieusement ? T'es loin d'avoir les mains blanches !" Le dégoût s'exprima sur mon visage par le biais d'une grimace. Je ne pouvais cacher ma tristesse envers sa réaction. River me blessait. River niait. River n'assumait pas ses actes. Mais il ne pouvait pas continuer à me faire porter les tords. Il était tout autant coupable que moi. Tout autant.

_________________
pour moi. ce sera, la tête haute,
les couilles sur la table, le poing en l'air,
fais-moi confiance avant de finir six pieds sous terre.
j'aurai vécu tout ce qu'il y a à vivre
et j'aurai fait tout ce que je peux faire.
tenté tout ce qu'il y à tenter,
et surtout on m'aura aimé.


Dernière édition par Coleen Stark le Mer 17 Déc - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MILLIARDAIRE
MESSAGES : 127
DATE D’ARRIVÉE : 19/09/2014
AVATAR : lucky blue.
CRÉDITS : moi-même.


MessageSujet: Re: we can't stop. (coleen)   Mar 16 Déc - 15:26

« Pardon ? » Ça y’est, je crois que je l’ai énervée. De toute façon, Coleen, il suffit d’un rien pour l’énerver. Dites gris alors qu’elle attend blanc, et vous lui sortez par les yeux. Alors quand elle se rapproche de moi, je sais que je vais me prendre des coups, des mots durs, des insultes. Cool, j’adore ça. « Tu te fous de ma gueule j'espère River ? » Elle articule comme si j’étais un demeuré, et ça me fait sourire. « Tu te fous de ma gueule ? » Son poing s’écrase contre mon torse, et mon sourire s’intensifie. Mais elle frappe fort, la gamine. Alors je frotte la zone frappée par Coleen, en plissant les yeux. « Tu étais avec moi ce jour-là ! Tu étais avec moi ! Tu es tout autant coupable que moi alors peux-tu arrêter de toujours ramener ça uniquement sur moi ? » Elle commence à crier, et je regarde James, notre comateux. C’est vrai, elle hurle tellement fort que j’ai peur qu’elle le réveille. « Tu t'prends pour qui sérieusement ? T'es loin d'avoir les mains blanches ! » Je regarde mes mains, sans doute pour la pousser à bout, puis j’hausse les épaules. « Déjà, tu me f’ras l’plaisir de parler moins fort, tu risques de réveiller notre pauvre ami. » Je pose ensuite mon index contre sa poitrine. « Et tu m’excuseras de t’rappeler que c’était ton idée Coleen. Ton idée. » Je lui souris, avant de m’asseoir et de croiser les bras. Je ne veux pas être impliqué dans cet accident. Je refuse d’admettre que j’en suis responsable. C’est de sa faute. Les pétards, c’était son idée. Je me suis dit pourquoi pas, et elle a allumé la mèche. C’est elle qui a fait tout ça. C’est elle qui a mis la vie de James en péril, et la notre en danger. Et si quelqu’un découvrait toute l’histoire ? Alors je dirais la vérité. Je n’y suis pour rien. C’est peut-être lâche, mais c’est la vérité. « Maintenant, assis-toi et calme-toi. James a le droit de dormir en paix. » Je tapote sur la chaise à mes côtés, tout en relevant le regard vers Coleen. C’est dingue, quand elle est en colère, on la croirait capable de vous sauter au visage et de vous dévorer tout cru.

_________________
Moi je suis qu'un pauvre gars, ils m'appellent l'idiot. Celui qui fait peur aux bêtes, qui fait mal aux oiseaux. Mais faut pas croire, tu sais moi j'suis pas méchant, j’ai juste l'air maladroit, je sais juste pas comment faut leur parler aux filles. Moi quand je vois les larmes leur tomber la joue, moi j'voudrais leur dire qu'elles sont belles, et qu'il faut pas qu'elles pleurent pour un idiot. Puis faut qu'elles arrêtent d'êtres connes et de tomber toujours amoureuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA PERCHÉE
MESSAGES : 459
DATE D’ARRIVÉE : 18/05/2014
AVATAR : mimi elashiry.
CRÉDITS : yin.yang


MessageSujet: Re: we can't stop. (coleen)   Mer 17 Déc - 15:39

"Déjà, tu me f’ras l’plaisir de parler moins fort, tu risques de réveiller notre pauvre ami." Son comportement m'insupportait. Etait en train de me rendre complètement folle. Il était en train de tout, de tout retourner sur moi. M'accusant entièrement de cet accident. De ce que nous avions provoqué. Connard. J'étais presque choquée de sa réaction. Vraiment déçue. "Et tu m’excuseras de t’rappeler que c’était ton idée Coleen. Ton idée." "Putain mais tu t'entends ?!" Je n'étais pas capable de parler moins fort. Les paroles qu'il me livrait augmentant ma colère d'une manière qui me perturbait énormément. Je n'avais pas l'habitude de me sentir ainsi. Comme trahie. Jugée. Déstabilisée. C'était une sensation de plus désagréables. Des plus dégoutantes. Je culpabilisais déjà. Enormément. Mais il en rajoutait. Me faisait tout porter sur les épaules. Cela me blessait. Me transperçait. Moi, Coleen. L'intouchable. Cela me blessait. "Maintenant, assis-toi et calme-toi. James a le droit de dormir en paix." J'écarquillais les yeux. C'était une mauvaise blague. Cela ne pouvait pas être River. Mon River. Mon acolyte. Mon compagnon. Mon putain de pote. Cela ne pouvait pas être lui. Mon pote, lui, portait ses couilles, savait s'affirmer. Mon pote n'était pas un lâche. Ne jetait pas ses amis ainsi sur le banc des accusés pour protéger sa pomme. J'étais déçue. Douloureusement déçue. Et là. Ce geste. L'incontrôlé. L'indispensable. Ma main contre sa joue. Ma claque. Directe. Sèche. Mes yeux étaient remplis de larmes. C'était rare. Très rare que je réagisse ainsi. Mais j'étais consciente de l'ampleur des dégats causés par notre connerie. Cette idée de merde qui m'était traversé. J'en étais consciente. Contrairement à River qui ne me semblait pas se rappeler de son implication de ce que nous avions effectué. Plongeant cet homme dans le coma. "Mais tu n'es qu'un lâche River ! Un putain de gros lâche !" soufflais-je, me sentant déjà essouflée. Tant l'émotion me gagnait. "T'es vraiment un sale enfoiré ! A chaque fois, pour toutes nos conneries, t'es là, tu m'suis, et tu t'en fous et t'assumes ! Mais là, parce qu'on a provoqué le coma d'un type, tu t'défiles et tu m'fais tout porter sur le dos ?" On pourrait presque croire que je sanglotait. Mes proches ne pouvaient pas me reconnaître. Je me montrais rarement aussi faible et touchée par des propos. Jamais. D'ordinaire, j'avais la facheuse tendance  à me moquer de tout. A m'énerver cinq minutes, pour ensuite oublier. Mais là. C'était trop. Bien trop déstabilisant et touchant. "Mais tu me dégoûtes là River, tu t'entends, tu t'vois ? Sérieusement ? C'est quoi ta réaction de merde là ?" Ma voix tremblait. Je prenais appui contre le bord du lit. Putain. Putain. Putain. De merde. "T'es loin d'être parfait, arrêtes de t'croire mieux que tout le monde, mais parce que t'es autant une merde que moi !" C'est dit. J'en avais besoin. Tant j'étais choquée par ses propos. Sa lacheté. J'en faisais des conneries. J'en faisais des tonnes. Mais j'assumais toujours. C'était l'une des valeurs et des principes que mes parents, mes frères, et la vie m'avait appris. Putain, mais c'était fou que ça ne soit pas le cas pour lui. C'était aburde. Cela me semblait irréaliste.

_________________
pour moi. ce sera, la tête haute,
les couilles sur la table, le poing en l'air,
fais-moi confiance avant de finir six pieds sous terre.
j'aurai vécu tout ce qu'il y a à vivre
et j'aurai fait tout ce que je peux faire.
tenté tout ce qu'il y à tenter,
et surtout on m'aura aimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: we can't stop. (coleen)   

Revenir en haut Aller en bas
 

we can't stop. (coleen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» classic stop time blues
» Urgent - campagne internationale, lettres, pétitions. Corridas : STOP
» The Darkness : nouveau single Nothing’s Gonna Stop Us
» STOP BOMBING EARTH UNITED
» Site de vidéos non stop 24h/24 de FUNK et site de radio funk

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▿ TEMPTED. ::  :: East San Francisco :: Mission District-