Partagez | .
 

 there's no end. (amber)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
LE MÉLANCOLIQUE
MESSAGES : 63
DATE D’ARRIVÉE : 04/09/2014
AVATAR : gaspard ulliel.
CRÉDITS : mischievous wink.


MessageSujet: there's no end. (amber)   Lun 8 Sep - 16:51




amber & calvin.


Quand Agnes est morte et qu’il m’a fallu laisser notre fille en foyer, je me suis senti dévasté. Il m’était impossible de remettre un pied dans l’appartement que nous partagions, Agnes et moi. Alors je suis allé vivre chez mes parents. Même si en réalité, je n’ai fait que voyager pendant plusieurs années. Aujourd’hui, cela fait deux ans que j’habite à nouveau dans notre appartement. Enfin dans mon appartement, puisqu’il n’y a plus que nous qui vaille. Le truc, c’est que j’ai jamais eu le courage de toucher à quoi que ce soit, de faire du rangement. J’occupe la chambre d’amis, et y ai installé toutes mes affaires. Toutes, sauf celles toujours présentes dans notre ancienne chambre. Mon ancienne chambre ? Enfin qu’importe. Celle que je partageais avec Agnes. Je n’y ai pas remis les pieds depuis dix ans, et je refuse catégoriquement ne serait-ce que d’en ouvrir la porte. Tout comme la chambre de bébé que nous avions fini de préparer. Ces deux pièces sont condamnées. En tout cas, pour moi elles le sont. Mais ce matin, je me suis dit qu’il fallait que j’avance d’un pas. D’un tout petit pas. Non, je n’allais pas mettre le pied dans l’une de ces pièces. Mais seulement observer le contenu d’un des placard du couloir. J’y ai retrouvé des albums photos (que je n’ai pas ouverts), et de vieux bibelots. Parmi eux, un roman assez vieux. J’ai donc regardé la première page pour savoir s’il était signé. Amber Parkson. J’ai toujours plus ou moins cherché à l’éviter depuis toute cette histoire. Principalement parce qu’elle m’a jugé trop vite en pensant que j’avais « abandonné » ma fille sans véritable raison valable. Mais comment peut-elle comprendre ce que j’ai vécu ? Aujourd’hui encore, même si elle a vécu une situation difficile avec le père de son fils, je doute qu’elle soit en mesure de comprendre ma situation. Comme je ne suis pas en mesure de comprendre la sienne. Amber et moi sommes sur deux bateaux différents. Et je ne sais pas si ça pourra changer. Toujours est-il que je décide finalement d’aller chez elle, principalement pour lui rendre ce qui lui appartient. Éventuellement pour voir comment elle va. Je grimpe donc sur mon scooter, et me met en route. Cela fait un bon moment que je n’ai pas mis les pieds chez elle, mais j’ai la sensation de m’en souvenir dans le moindre détail. J’arrive finalement devant sa porte, mon casque dans une main et son livre dans l’autre. Mon doigt presse la sonnette, et je commence à me sentir anxieux. Puis la porte s’ouvre. Amber n’a pas changé. « Salut. Je te dérange pas ? » Elle semble s’interroger quant à ma visite surprise et inattendue. « J’ai tenté de faire un peu de rangement, même si ça n’a abouti à rien. Enfin bref, le fait est que je suis tombé sur ça, et qu’il me semble que ça t’appartient. » Je lui tends alors son livre, encore poussiéreux. Elle a sans doute oublié son existence. Peut-être la mienne aussi.

_________________
not about angels.
How unfair it's just our luck, found something real that's out of touch. But if you'd searched the whole wide world, would you dare to let it go ? Don't give me up. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA MAMAN
MESSAGES : 779
DATE D’ARRIVÉE : 15/04/2014
AVATAR : rachel bilson.
CRÉDITS : #twisted lips.


MessageSujet: Re: there's no end. (amber)   Mer 10 Sep - 22:49

à l'école de la vie, tout s'apprend, tout enseigne,
tout s'entend, on s'entraine, des matières par centaines,
c'est l'école de la vie, j'ai erré dans ses couloirs,
j'ai géré dans ses trous noirs, j'essayerai d'aller tout voir.

--------------------------------
Amber était assise en tailleur sur le sol de son appartement, attrapant tout les jouets que son fils ne cessait de lui tendre, les yeux dans le vide, perdue dans ses pensées. Qu'est-ce qu'elle allait bien pouvoir faire si ce crétin revenait avec sa plaque brillante de sale flic ? Comment avait-il pu passer de taulard à flic d'abord ?! Elle n'y comprenait rien et elle était terrifiée à l'idée qu'Andrew puisse obtenir la seule chose qu'elle avait réellement réussit dans sa vie. Son petit garçon. « MAMAN ! » Cria presque Milo juste en face de son visage, la faisant redescendre sur terre. « Oui chéri ? » Demanda-t-elle, essayant de dessiner un sourire sur ses lèvres alors que le coeur ne s'y trouvait manifestement pas. « Ze t'aime. » Milo, deux ans, haut comme trois pommes, un petit cheveux sur la langue tout à fait adorable. Elle l'aimait, elle l'aimait tellement qu'elle le prit dans ses bras, le serrant très fort. Milo était la seule personne au monde qu'elle aimait autant. C'était fou, c'était incompréhensible et c'était vrai. Elle l'aimait d'un amour qu'elle ne pouvait même pas compter. Enfin, elle attrapa son bambin par les épaules pour le regarder. « Je t'aime aussi mon chéri. » Répondit-elle déposant son index sur son tout petit nez, un nez qu'il avait tout droit hérité de son dieu de père. C'était sans doute la seule chose qu'Andrew avait pour lui encore aujourd'hui, son beau petit physique d'Apollon. Un connard sinon, voilà ce qu'il était. Elle n'attendait guère de monde et fut complètement étonnée d'entendre la sonnette de son appartement. La dernière fois qu'elle avait vu quelqu'un ici, elle avait trouvé Andrew dans le hall d'entrée de l'appartement. Son souvenir le plus terrifiant à ce jour. « Tu restes là bébé, je vais voir qui c'est. » S'exclama-t-elle, se levant avec souplesse pour ouvrir la porte. Quelle ne fut pas sa surprise de voir Calvin de l'autre côté. Calvin ? Elle avait sûrement dû louper un épisode. Il avait changé un peu, mûrit sans doute, elle ne se souvenait même plus de la dernière fois qu'elle l'avait vu, elle n'avait pas été très cool avec lui, le jugeant bien trop vite face à la situation qui lui incombait. Un enfant, aussi jeune, elle comprenait maintenant... Elle comprenait cette décision difficile qui se présentait quand finalement, l'autre partie de son coeur s'était brisé en mille morceaux. « Salut. Je te dérange pas ? » Elle secoua la tête, elle n'avait généralement pas grand chose à faire quand elle se trouvait ici, elle passait le plus clair de son temps à jouer avec Milo, le regardant grandir, ne manquant aucune miette de sa vie. Elle était surprise de le voir, ne s'attendant pas tellement à le voir se matérialiser si près de chez elle. « J’ai tenté de faire un peu de rangement, même si ça n’a abouti à rien. Enfin bref, le fait est que je suis tombé sur ça, et qu’il me semble que ça t’appartient. » Elle posa ses yeux sur le livre, un pincement au coeur, elle se souvenait vaguement de ce livre pour l'avoir prêté à sa cousine Agnes alors qu'elle était encore de ce monde. Elle regrettait tellement sa cousine, si belle, si gentille. Elle avait longtemps été un idéal pour Amber. Un idéal qu'elle n'atteindrait probablement jamais... Quoiqu'il en soit, elle avait détesté Calvin, perdue dans ses jugements hâtifs, persuadée que le choix d'abandonner son enfant était un sacrilège. Là maintenant, elle n'était plus si sûre que ce qu'elle avait pu dire était si justifié finalement et elle comprenait malgré tout. « Je te remercie. » Dit-elle simplement, rompant le silence qu'elle avait laisser s'abattre sur eux. Elle hésita quelques instants, se demandant ce qu'elle devrait faire puis pensa à Agnes, qu'aurait-elle voulu ? « Tu veux entrer ? Je sais pas si je t'ai déjà présenté mon fils. » Elle le savait en fait, et elle était sûre que non. Elle n'avait pas eu de contact avec Calvin depuis bien longtemps. Avec personne en fait, se murant dans son malheur depuis qu'elle avait accouché du fils d'un criminel qu'elle avait aimé corps et âme. Elle recula, ouvrant la porte en grand pour laisser Calvin entrer, pas sûre de prendre la bonne décision, ne sachant pas tellement ce qu'elle pourrait avoir à lui dire. Elle avait sans doute besoin de s'excuser finalement, de ce qu'elle lui avait dit, de lui avoir tourner le dos dans ces moments difficiles. Oui, sa présence ici était l'occasion de se remettre en questions, enfin.  

_________________

wait a second, i think she's ready to blow
must be my future sex love sound and when
it goes down baby all you gotta do is...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MÉLANCOLIQUE
MESSAGES : 63
DATE D’ARRIVÉE : 04/09/2014
AVATAR : gaspard ulliel.
CRÉDITS : mischievous wink.


MessageSujet: Re: there's no end. (amber)   Mar 16 Sep - 12:12

« Je te remercie. » Je laisse apparaître un mince sourire sur mon visage. Je ne sais pas vraiment ce qui se passe, ensuite. Il y a le silence, l’hésitation. Comme un malaise. J’hésite à faire demi-tour, à rentrer chez moi pour ne plus en sortir jusqu’à demain. Je baisse le regard, gêné, avant de le reposer sur Amber lorsqu’elle reprend la parole. « Tu veux entrer ? Je sais pas si je t'ai déjà présenté mon fils. » Je la regarde et reste silencieux plusieurs secondes. J’étais venu ici sans réfléchir. Je ne savais pas si elle serait là, et encore moins ce qui allait se passer. Pour sûr, je ne m’attendais pas à ce qu’elle m’invite à entrer. Et encore moins pour rencontrer son fils. Je pensais qu’elle me voyait comme un père pitoyable et cruel, et qu’elle ferait au mieux pour que son enfant ne me rencontre jamais. Je prends un air surpris, haussant maladroitement les épaules. « Oui… oui si tu veux. » Pourquoi ? Pourquoi agit-elle ainsi, finalement ? Pour sa cousine, peut-être. Parce que je lui fais pitié, sans doute. Je reste planté sur le seuil de sa porte, passant une main dans mes cheveux. Je laisse alors échapper un soupir. Je ne veux pas m’immiscer chez elle Agnes. Tu crois vraiment que c’est une bonne idée ? Qu’elle est heureuse de me voir ? Moi je crois qu’elle a un soucis de conscience. Que je suis que ce pauvre mec à moitié veuf et en manque de sa fille, ce pauvre mec qu’elle a longtemps jugé et rejeté. Et je crois qu’elle a pitié. Alors elle veut se racheter. C’est pour ça qu’elle m’invite à entrer, soudainement. Mais au fond, elle doit sûrement regretter son invitation. J’en suis presque sûr. Tu sais Agnes, la vérité c’est qu’après tout ça, Amber ne me supporte plus. Je voudrais vraiment entrer chez elle, rencontrer son fils. Mais je crois qu’il vaut mieux que ça n’arrive pas. « Finalement je crois pas que ce soit une bonne idée. » Je reste figé, plantant mon regard dans le sien. « Tu ne me dois rien tu sais. Ni pitié, ni quoi que ce soit. Je sais que tu ne me portes pas dans ton coeur. Alors ne te sens pas obligée de faire tout ça maintenant. » Je fronce légèrement les sourcils, perplexe. « Mais je te remercie, malgré tout. » Je fais un pas un arrière, avant de m’arrêter. Je la regarde, plusieurs secondes. Elle a le visage triste. Comme ceux de ces poupées oubliées. Ces poupées à la peau de porcelaine, que l’on pose sur une étagère et qui finissent par prendre la poussière. Puis surtout, elle est belle. J’ai l’impression que ça me saute aux yeux seulement maintenant. Mais c’est trop tard. « Je venais juste pour… » Je désigne le bouquin qu’elle a en mains. « Pour ça. » Un nouveau pas en arrière. « Fais attention à toi. » Et je lui lance un mince sourire, m’apprêtant à tourner les talons.

_________________
not about angels.
How unfair it's just our luck, found something real that's out of touch. But if you'd searched the whole wide world, would you dare to let it go ? Don't give me up. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA MAMAN
MESSAGES : 779
DATE D’ARRIVÉE : 15/04/2014
AVATAR : rachel bilson.
CRÉDITS : #twisted lips.


MessageSujet: Re: there's no end. (amber)   Mar 16 Sep - 22:53

à l'école de la vie, tout s'apprend, tout enseigne,
tout s'entend, on s'entraine, des matières par centaines,
c'est l'école de la vie, j'ai erré dans ses couloirs,
j'ai géré dans ses trous noirs, j'essayerai d'aller tout voir.

--------------------------------
Amber commençait à sentir la gêne monter en elle devant le silence que lui imposa Calvin. Elle comprenait cette hésitation de sa part, elle n'avait pas été tendre avec lui et elle regrettait clairement d'avoir été si catégorique dans ses propos alors que la situation était on ne peu plus tendue et qu'il avait irrémédiablement besoin d'aide pour s'en sortir. Elle lui avait tourné le dos et s'en voulait, elle s'en voulait pas qu'elle n'avait été qu'une mauvaise personne, elle n'avait pas tourné le dos qu'à Calvin, elle avait aussi tourné le dos à Agnes et ça, ça la rendait malade... « Oui… oui si tu veux. » Ouf, enfin. Un sourire s'étendit sur son visage. Malgré tout ce qu'ils avaient vécu, Calvin et Amber faisaient partis d'une même famille qu'ils le veuillent ou non et Amber avait bien l'intention de se racheter malgré le faire qu'elle pensait, à l'époque, tout ce qu'elle avait dit et qu'elle regretterait toujours que Calvin n'ait pas garder cette petite fille, seul souvenir vivant qu'il restait d'Agnes. Elle attendait qu'il entre patiemment, ne comprenant pas ce qui était en train de se passer dans son esprit. « Finalement je crois pas que ce soit une bonne idée. » Pardon ? Elle ne comprenait pas, il n'était venu uniquement pour ce livre ? Ça n'avait aucune importance et surtout, ça n'avait aucun sens ! « Tu ne me dois rien tu sais. Ni pitié, ni quoi que ce soit. Je sais que tu ne me portes pas dans ton coeur. Alors ne te sens pas obligée de faire tout ça maintenant. » Son coeur se serra sous ces paroles. Elle secouait la tête en ouvrant la bouche, puis se ravisa, pas certaine de ce qu'elle allait dire. Il avait tord. Elle n'avait pas pitié, et elle l'appréciait réellement, elle s'était juste emportée dans des jugements qui n'avait pas lieu d'être. « Mais je te remercie, malgré tout. » Elle le regardait, impuissante, réagis putain ! Il allait partir et elle restait plantée là comme une conne. « Je venais juste pour… Pour ça. » Elle jeta un regard vers son livre avant de reporter son attention sur Calvin, elle n'y croyait pas, il n'était pas venu uniquement pour quelque chose d'aussi futile, pas après leurs antécédents. « Fais attention à toi. » Il allait s'en aller, putain, bouges ton gros derrière Amber ! Elle le fixait, ne pouvant s'empêcher de penser à Agnes derrière tout ça. Elle ne savait pas ce qu'elle ressentait, elle était contente de le voir, voir qu'il était encore en forme malgré tout, mais sa présence la déstabilisait, ça la faisait douter, elle ne comprenait pas pourquoi maintenant... Enfin, elle secoua la tête comme pour se réveiller et ouvrit la bouche. « Attends ! » S'exclama-t-elle faisant un pas dehors pour se rapprocher de lui. Elle n'avait pas envie de faire ça là, devant la porte de son appartement, elle avait envie de lui parler, une vraie conversation à coeur ouvert, elle se trouvait chanceuse qu'il ait décidé de se montrer ici alors qu'elle ne s'y attendait pas. Elle ne remettrait plus à plus tard cette conversation qu'elle considérait comme nécessaire depuis quelque temps déjà. « Calvin... » Soupira-t-elle, essayant de se donner du courage pour continuer. « Entres s'il-te-plait, je pense qu'on devrait discuter tout les deux. » Dit-elle simplement, essayant de le convaincre de rentrer malgré leurs différents, malgré les paroles injustes qu'elle avait eut à son encontre, malgré tout ce qu'elle avait pensé de lui pendant des années avant de finalement se retrouver enceinte de ce pauvre mec qu'elle détestait aujourd'hui. Son histoire n'était en rien meilleure que celle de Calvin et elle voulait s'expliquer, absolument. « Puis, j'ai fais du gâteau hier avec Milo, il serait ravi de t'en offrir ! » Dit-elle en souriant, espérant que cet argument allait le convaincre. D'autant plus qu'il restait plus de la moitié du gâteau et qu'elle doutait sincèrement qu'elle-même et son petit garçon viennent un jour à bout de cet énorme colline de chocolat.  

_________________

wait a second, i think she's ready to blow
must be my future sex love sound and when
it goes down baby all you gotta do is...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MÉLANCOLIQUE
MESSAGES : 63
DATE D’ARRIVÉE : 04/09/2014
AVATAR : gaspard ulliel.
CRÉDITS : mischievous wink.


MessageSujet: Re: there's no end. (amber)   Jeu 18 Sep - 15:18

Je tourne les talons, et m’apprête à m’éloigner, laissant Amber sur le pas de sa porte. « Attends ! » Je sursaute, par surprise. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle me retienne. Alors je me retourne. Elle fait un pas en avant, tandis que je ne bouge plus. « Calvin... » Je plisse les yeux à son soupir. Avant de baisser la tête. Je m’attends à recevoir des reproches, encore. Que pourrait-elle me dire d’autre, après tout. Alors je soupire également. « Entres s'il-te-plait, je pense qu'on devrait discuter tout les deux. » Je reste muet. Silencieux. Pourquoi insiste-t’elle ? Je relève la tête, et m’applique à détailler son visage. Elle ne semble pas en colère, au contraire. Je la sens presque triste, désolée. Je me frotte le front, comme pour faire mine de réfléchir. « Puis, j'ai fais du gâteau hier avec Milo, il serait ravi de t'en offrir ! » Son sourire me réchauffe le coeur, étonnamment. Je laisse tomber mon bras le long de mon corps, affichant une légère moue. Agnes serait sans doute heureuse que j’accepte. Qu’Amber et moi nous serrions les coudes plutôt que de nous tourner le dos. Il y a une époque où tout était différent. Où nous nous adorions l’un l’autre. Mais cette époque me semble tellement lointaine. Il m’arrive même de me demander si elle était réelle. Je finis par acquiescer timidement. « C’est d’accord. » J’esquisse un sourire, léger. Étrangement, je me sens nerveux. Nerveux de me retrouver face à elle. Nerveux de rencontrer son fils. Milo. C’est ridicule. Je suis ridicule. Tout se passera bien. Ce n’est pas d’eux dont j’ai peur. Mais de moi, surtout. Ne jamais avoir connu ma fille et soudainement me retrouver face au petit d’Amber. À ce petit garçon qui aurait dû être son cousin (au quatrième degré mais qu’importe). Je reste tout de même immobile. « Est-ce qu’il saura qui je suis ? » Je fronce les sourcils d’un air interrogateur. Je ne sais pas de quoi elle lui a parlé. Est-ce qu’il connait mon existence, l’existence d’Agnes, ou même celle de sa cousine qu’il ne connaitra sans doute jamais ? Je ne sais pas quoi lui dire, comment me présenter. C’est surtout ça, qui m’angoisse. Je passe une main dans mes cheveux, et fais un pas en avant pour me rapprocher d’Amber. Mes yeux se posent sur la porte de chez elle, et je me sens obligé de parler à voix basse. « Je ne sais pas si tu lui as parlé de quoi que ce soit, il est sans doute trop petit pour comprendre. » Mon regard attrape alors le sien. J’ai besoin qu’elle m’aiguille. J’ai peur de mal faire. De m’immiscer dans la vie de ce petit garçon comme ça. Qui suis-je pour lui ? Son grand cousin ? Même pas. Que devra-ton lui dire ? Je n’en sais rien.

_________________
not about angels.
How unfair it's just our luck, found something real that's out of touch. But if you'd searched the whole wide world, would you dare to let it go ? Don't give me up. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA MAMAN
MESSAGES : 779
DATE D’ARRIVÉE : 15/04/2014
AVATAR : rachel bilson.
CRÉDITS : #twisted lips.


MessageSujet: Re: there's no end. (amber)   Ven 19 Sep - 22:41

à l'école de la vie, tout s'apprend, tout enseigne,
tout s'entend, on s'entraine, des matières par centaines,
c'est l'école de la vie, j'ai erré dans ses couloirs,
j'ai géré dans ses trous noirs, j'essayerai d'aller tout voir.

--------------------------------
Amber retenait son souffle depuis qu'elle avait arrêté de parler, attendant la réponse de Calvin, elle avait besoin de parler avec lui. Elle ne l'aurait sans doute pas fait d'elle-même s'il n'était pas venu se présenter à la porte de son appartement mais... Mais maintenant qu'il était là, elle comptait bien en profiter, d'autant plus qu'elle avait réellement besoin de voir du monde et qu'elle n'avait pas vu Calvin depuis un sérieux long moment. Tellement long qu'elle se demandait bien ce qu'il avait pu devenir avec le temps. « C’est d’accord. » Un soupire de soulagement s'échappa de ses lèvres. Elle était contente. Un sourire s'étendit sur son visage alors qu'elle reculait pour ouvrir un peu plus la porte, prête à le laisser entre. « Est-ce qu’il saura qui je suis ? » Hein ? Elle n'avait jamais parlé de Calvin devant Milo, elle ne parlait pas tellement de ses proches devant Milo de toute façon, puis... Elle n'avait pas tellement eu l'occasion de le mentionné depuis deux ans. Milo ne connaissait que le stricte minimum de la famille Parkson, ses grands-parents, et sa tante. C'était bien suffisant pour le petit garçon adoré et choyé qu'il était. Puis, Milo n'avait que deux ans, il n'avait pas de cousins, il ne côtoyait aucuns enfants de son âge, elle n'était pas sûre qu'il comprenne mais si ça ne l'étonnerait pas qu'il saisisse rapidement l'idée. « Je ne sais pas si tu lui as parlé de quoi que ce soit, il est sans doute trop petit pour comprendre. » Son sourire s'étendit de plus belle sur ses lèvres. Ça l'amusait cette manière qu'il avait de se questionner sur la réaction de son fils alors que Milo allait probablement agir le plus naturellement du monde avec lui. « Calvin, j't'en pris. » Soupira-t-elle en posant une main sur sa porte. « Milo a deux ans, il ne sait même pas qui est son père alors non, il ne sait pas qui tu es mais on va lui expliquer. » Dit-elle avec un sourire encourageant. Elle ne faisait que dire la vérité, Milo était à des années lumières de savoir qui pouvait être son géniteur et n'ayant pas encore fréquenté l'école, Amber n'était même pas sûre qu'il ait réellement la notion de père en vérité. C'était bien comme ça pour le moment, elle ne se sentait pas prête à faire de lui le fils d'un criminel. Le fait est qu'il comprenait les choses avec une facilité déconcertante et qu'elle n'avait jamais eu aucune difficultés avec lui. « Entres, j'te jure que tout se passera bien, Milo est très ouvert, il parle beaucoup pour son âge et il aime tout le monde, il va t'adorer ! » S'exclama-t-elle, le sourire toujours visé sur les lèvres. Elle n'arrivait toujours pas à croire que Calvin était là, prêt à entrer dans son appartement, si on lui avait dit que ce genre de chose arriverait quelques années plus tôt, elle ne l'aurait jamais cru. C'est clair, ils avaient eu des différents mais il s'était passé tellement de choses dans sa vie entre temps, elle avait elle-même énormément changé, tellement qu'elle avait l'impression parfois d'être devenue une version imparfaite d'Agnes, mais une version quand même. « Aller, pas de chichis. Faut qu'on parle, c'est l'occasion parfaite pour le faire ! » Dit-elle finalement avant de tendre son bras vers l'intérieur de son chez-elle pour l'y inviter officiellement. « Dépêches-toi parce que je commence à être à court d'arguments. » Dit-elle en faisant la moue. Puis elle avait hâte de retrouver son fils aussi, c'était sans doute stupide mais le week end elle passait tout son temps avec lui pour le jamais perdre une miette. C'était comme un besoin dont elle ne pouvait se passer. Et Milo allait probablement rappliquer dans deux minutes s'il ne se décidait pas maintenant, la patience n'était pas un de ses forts, un trait qui lui venait sans doute clairement de ses deux parents, aussi imparfaits l'un que l'autre.

_________________

wait a second, i think she's ready to blow
must be my future sex love sound and when
it goes down baby all you gotta do is...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MÉLANCOLIQUE
MESSAGES : 63
DATE D’ARRIVÉE : 04/09/2014
AVATAR : gaspard ulliel.
CRÉDITS : mischievous wink.


MessageSujet: Re: there's no end. (amber)   Mar 23 Sep - 13:00

« Calvin, j't'en pris. » Je la regarde poser une main sur la poignée de sa porte, et lâcher un soupir en même temps. Je tente alors un sourire désolé, comme pour excuser mon inquiétude. « Milo a deux ans, il ne sait même pas qui est son père alors non, il ne sait pas qui tu es mais on va lui expliquer. » Le sourire d’Amber me fait penser à celui d’Agnes. Doux, sincère, et encourageant. Elles se ressemblent. C’est une évidence à côté de laquelle j’étais passé jusqu’à présent. « Entres, j'te jure que tout se passera bien, Milo est très ouvert, il parle beaucoup pour son âge et il aime tout le monde, il va t'adorer ! » Elle semble très enthousiaste, presque excitée. Heureuse. Mon sourire s’étire. Il semblerait que ce soit réciproque, finalement. Que je sois heureux d’être ici. Heureux de la voir si enthousiaste à l’idée de m’inviter chez elle et de me présenter son fils. Heureux que nos différents soient derrière nous. Du moins à priori. Je n’ose pas m’avancer. Cela fait bien longtemps que j’ai arrêté d’être optimiste. Mais je veux bien essayer de faire des efforts aujourd’hui. Pour Amber, et pour le petit Milo. « Aller, pas de chichis. Faut qu'on parle, c'est l'occasion parfaite pour le faire ! » C’est vrai que depuis le temps, il serait coutume de se raconter tous les trucs qu’on a loupé. Mais la vérité, c’est que de mon côté, y’a pas grand chose à raconter. Ma vie n’a plus aucun sens depuis que j’ai perdu les deux seules personnes qui comptaient vraiment à mes yeux. Toutes mes journées se ressemblent. Je me lève mécaniquement, bosse toute la journée, et me couche l’esprit vide. Oui, c’est ça. Je suis vide. Une coquille vide. « Dépêches-toi parce que je commence à être à court d'arguments. » Je laisse échapper un léger rire, pour la première fois depuis longtemps. « C’est bon, je vais entrer. » Je lui lance un sourire, et entre finalement à l’intérieur de son appartement. Rien ne semble avoir changé. À part les chaussures de petit garçon qui ont fait leur place à l’entrée. L’espace d’une seconde, je revois Agnes replier son parapluie en se plaignant du temps maussade. Mais cette image disparait presque immédiatement. Un soupir s’échappe de mes lèvres. Je m’accroupis ensuite, et commence à enlever mes chaussures. Je relève alors la tête vers Amber. « Ne dis rien, tu ne m’empêcheras pas de les enlever. » Je me rappelle qu’elle nous disait tout le temps de garder nos chaussures. Qu’elle n’avait pas fait le ménage. Ces choses que l’on dit par politesse. Alors je lui évitais ce discours rébarbatif. Je me relève finalement, et installe mes Derbies à côté des chaussures de Milo. Puis j’avance un peu plus à l’intérieur de l’appartement. « J’ai l’impression que rien n’a changé. » Je lui lance un sourire sincère, avant de découvrir une petite tête blonde à l’entrée du salon. Je m’accroupis devant lui, pour être à sa hauteur. « Alors c’est toi l’homme de la maison ? » Je lui tends la main en souriant. « Très enchanté de faire ta connaissance. Je m’appelle Calvin. »

_________________
not about angels.
How unfair it's just our luck, found something real that's out of touch. But if you'd searched the whole wide world, would you dare to let it go ? Don't give me up. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA MAMAN
MESSAGES : 779
DATE D’ARRIVÉE : 15/04/2014
AVATAR : rachel bilson.
CRÉDITS : #twisted lips.


MessageSujet: Re: there's no end. (amber)   Ven 26 Sep - 23:24

à l'école de la vie, tout s'apprend, tout enseigne,
tout s'entend, on s'entraine, des matières par centaines,
c'est l'école de la vie, j'ai erré dans ses couloirs,
j'ai géré dans ses trous noirs, j'essayerai d'aller tout voir.

--------------------------------
« C’est bon, je vais entrer. » Ravie qu'il daigne enfin accepter son invitation, un énorme sourire se dessina sur son visage tandis qu'elle reculait pour pouvoir le laisser entrer, ça faisait bizarre de le voir ici, ça faisait si longtemps... Tellement de temps qu'elle en oubliait ses habitudes étranges, il était déjà en train de s'accroupir, elle n'eut pas le temps de lui dire de garder ses chaussures aux pieds, elle qui ne faisait le ménage qu'une seule fois par semaine et qui passait sa vie entière ses chaussures collées à ses pieds, même dans l'appartement. C'était sans doute un tord mais c'était une habitude, elle n'arrivait pas à s'en débarrasser. « Ne dis rien, tu ne m’empêcheras pas de les enlever. » Un petit rire s'échappa de ses lèvres, tant pis, il ressortirait les chaussettes sales. Elle devrait probablement se mettre à faire le ménage plus souvent, au moins pour Milo qui passait son temps à traîner les fesses par terre. Elle le suivit jusqu'à l'entrée du salon. « J’ai l’impression que rien n’a changé. » Non rien n'avait changé, elle n'avait pas le temps, elle n'avait jamais le temps en vérité, encore moins depuis qu'elle avait Milo dans sa vie, depuis qu'elle vivait seule avec un bébé sur le dos, depuis qu'Andrew avait été mis en prison, depuis qu'elle était devenue la femme la plus rasoir de la planète terre. Enfin, son regard se posa sur son bambin, quoiqu'il arrive, à chaque fois, elle n'avait qu'une envie, le prendre dans ses bras et le serrer fort pour le couvrir de baisers. Elle aimait terriblement son fils, plus qu'elle n'avait jamais aimé quiconque et le fait même de penser qu'il puisse partir avec son père la mettait dans un état de panique totalement incontrôlable. « Alors c’est toi l’homme de la maison ? » Amber rigola de plus belle, il ne comprendrait sans doute pas l'idée, Milo avait toujours été l'homme de la maison, depuis sa naissance, elle était seulement enceinte quand Drew avait disparu de sa vie et Amber était toujours restée seule avec lui. En tout cas, comme à son habitude, il souriait. « Très enchanté de faire ta connaissance. Je m’appelle Calvin. » Milo regarda sa mère en coin pour savoir si Calvin était un gentil ou un méchant et devant le sourire d'Amber, force était de constater qu'elle était ravie d'assister à ce spectacle. « Ze m'appelle Milo moi. » S'exclama-t-il, tout fier de pouvoir toujours sortir la même phrase quand on lui demandait son prénom, toujours ce zozotement qu'elle aimait tant mais qu'il faudrait qu'elle éradique rapidement pour que ça ne devienne pas un réel handicap pour lui. Elle posa la main que la tête de son bébé. « Calvin est un de nos cousins. » Dit-elle en souriant en regardant Calvin dans ses jolis yeux bleus. C'était pas si dur finalement, malgré la mort d'Agnes, malgré tout, il restait un cousin, il serait toujours quelqu'un de proche à la famille Parkson. « Aller, tu vas jouer, je vais discuter avec Calvin ! » Il ne fallait pas le lui dire plusieurs fois, il était déjà repartit en courant dans le salon pour retrouver ses legos, il en mettait partout depuis qu'il avait découvert ce truc. Amber s'était même pris le pied dans une des pièces le soir précédent, elle avait du enfoncé son poing dans sa bouche pour ne pas hurler de douleur. « Viens. » Dit-elle à Calvin avant de partir dans la cuisine, loin des oreilles indiscrètes du petit garçon, elle allait probablement dire des choses qu'il n'avait pas à savoir, pas pour le moment en tout cas. « Je suis contente que tu sois là. » Avoua-t-elle avec un sourire alors qu'elle passait de l'autre côté du comptoir pour ouvrir le placard, cherchant son thé préféré. « Je te fais un café ? Un thé ? Autre chose ? » Demanda-t-elle, alors qu'elle était déjà en train de remplir sa bouilloire d'eau pour se faire elle-même un thé, elle se rendait compte que Calvin lui avait manqué, malgré tout et que le voir ici, dans sa cuisine, c'était naturel, c'était comme s'ils n'avaient jamais cessé de se parler, et pourtant... 

_________________

wait a second, i think she's ready to blow
must be my future sex love sound and when
it goes down baby all you gotta do is...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MÉLANCOLIQUE
MESSAGES : 63
DATE D’ARRIVÉE : 04/09/2014
AVATAR : gaspard ulliel.
CRÉDITS : mischievous wink.


MessageSujet: Re: there's no end. (amber)   Mer 19 Nov - 0:12

« Ze m'appelle Milo moi. » Le petit me regarde avec ses grands yeux brillants. Avec ses grands yeux d’enfants. Son zozotement est adorable, et me tire un sourire. « C’est un bien joli prénom, Milo. » Je regarde alors Amber s’approcher de son fils, et poser une main sur sa tête. Ils sont beaux tous les deux, comme tout droit sortis d’un tableau. En le voyant, je ne cesse de m’interroger sur ma fille. Comment aurions-nous été, tous les deux ? Je baisse la tête un court instant, nostalgique, jusqu’à ce que mon hôte reprenne la parole. « Calvin est un de nos cousins. » Ce n’est pas totalement faux, en effet. Mais grâce à l’insouciance de l’enfance, Milo aurait pu croire n’importe quoi. Mon appréhension de le rencontrer était insensée. Peut-être qu’elle ne venait pas de lui. Peut-être qu’elle venait d’ailleurs. D’elle. « Aller, tu vas jouer, je vais discuter avec Calvin ! » Je regarde le petit bonhomme courir jusqu’à ses jeux de construction, le sourire aux lèvres, puis me retourne vers sa mère. « Viens. » Alors je la suis, à travers cet appartement abritant encore plus de mille et un souvenirs. Et nous arrivons à la cuisine, à l’écart du petit garçon. « Je suis contente que tu sois là. » Je la regarde ouvrir le placard, et me fais une place au centre de la pièce. Je ne sais pas où me mettre, alors je visse mes pieds au sol, presque intimidé. Je souris légèrement. Elle est contente que je sois là. C’est une bonne chose. Après tout ce temps. Après ces histoires, et après ces silences. Peut-être sommes-nous en train de tourner la page. De laisser derrière nous les différents que nous avions eu par le passé. « Je suis content d’être là aussi. » En venant chez elle, je ne pensais pas que les événements prendraient cette tournure. Je ne pensais pas me sentir heureux, bien qu’intimidé. Ça fait du bien, cette impression de ne plus être seul. D’avoir quelqu’un. Quelqu’un à qui parler. Parler pour de vrai. Pas du boulot ou du mauvais temps. Mais du reste. « Je te fais un café ? Un thé ? Autre chose ? » Je la regarde remplir sa bouilloire, sans doute pour se faire un thé. Je me souviens qu’elle aimait ça, tout comme Agnes. J’hausse les épaules, avant de répondre. « La même chose que toi, ça sera parfait. » Je ne la quitte pas des yeux, je ne m’en rends pas compte, mais je ne la quitte pas des yeux. Puis son regard croise le mien, et je baisse la tête, timidement. Je n’ai toujours pas bougé du centre de la cuisine. Et soudain, je ne sais plus quoi faire, quoi dire. Je fais mine de regarder par la fenêtre, avant d’oser reprendre la parole. « Il est mignon. Milo. » Je tourne la tête vers elle, plongeant à nouveau mon regard dans le sien. Inlassablement. Et à nouveau, je n’arrive pas à m’en détacher. « Ça fait du bien de te revoir. » Je souris tristement. « Depuis qu’A… Depuis qu’Agnes est morte et que j’ai… laissé ma fille, je ne m’en étais pas rendu compte, mais je me suis isolé. De tout le monde. » Mes yeux explorent ses pupilles, comme un navire explore l’océan. Et je reprends. « Si j’avais su, j’aurais frappé à ta porte bien plus tôt. »

_________________
not about angels.
How unfair it's just our luck, found something real that's out of touch. But if you'd searched the whole wide world, would you dare to let it go ? Don't give me up. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA MAMAN
MESSAGES : 779
DATE D’ARRIVÉE : 15/04/2014
AVATAR : rachel bilson.
CRÉDITS : #twisted lips.


MessageSujet: Re: there's no end. (amber)   Sam 6 Déc - 11:16

"Je suis content d’être là aussi." Tant mieux. J'en souriais. Qui aurait pu croire ce matin que Calvin se trouverait dans ma cuisine en cet instant précis ? Sûrement pas moi, persuadée que je ne le reverrais sans doute jamais après les événements qui nous avait divisés. Ça faisait bien longtemps que je n'avais pas eu quelqu'un à la maison, quelqu'un à qui parler, quelqu'un qui ne soit pas directement lié à moi par un lien du sang, quelqu'un d'extérieur en somme. Nous avions une tonne de choses à rattraper, tout avait changé depuis la dernière fois. Tout. "La même chose que toi, ça sera parfait." D'accord. J'attrapais deux tasses, y plongeais un sachet de mon thé préféré pour finalement y glisser l'eau bouillante avec soin. Je tournais la tête vers lui, il dévia le regard aussitôt, un sourire se dessina sur mon visage. Il était gêné ? Amusant. Il semblait bloqué là, comme un pauvre piquet dans la terre. "Il est mignon. Milo." J'hochais la tête, bien sûr qu'il était mignon, c'était mon fils ! Et le fils de son père aussi malheureux qui bien qu'accumulant les défauts avaient aussi des bons côtés qu'on ne pouvait lui retirer. Milo avait hérité de certains, je redoutais encore de voir apparaître tout le vice et le mauvais de Drew... "Ça fait du bien de te revoir." Je n'arrêtais plus de sourire, posant ma main sur son épaule pour l'inviter à s'asseoir. Il n'allait tout de même pas rester debout toute la journée ! Si ? Je lui montrais une chaise et m'installais en face de lui. "Depuis qu’A… Depuis qu’Agnes est morte et que j’ai… laissé ma fille, je ne m’en étais pas rendu compte, mais je me suis isolé. De tout le monde." Je baissais la tête au souvenir de tout ça. La mort d'Agnes. Leur fille. C'était dur. Je regrettais de l'avoir traité de cette manière. Je comprenais maintenant. Tout ce qu'il avait pu ressentir quand elle était partie et qu'il s'était retrouver avec la responsabilité d'un enfant. Je comprenais et hochais la tête. Je m'étais isolée de la même manière. Dans notre bulle, Milo et moi, il n'y avait que Milo et moi depuis deux ans. "Si j’avais su, j’aurais frappé à ta porte bien plus tôt." Et hop, un nouveau sourire. J'attrapais ma tasse pour réchauffer mes mains. "J'aimerais m'excuser Calvin." Commençais-je, oui, c'était exactement ce que j'avais à faire, et c'est moi... C'est moi qui aurait du aller frapper chez lui bien plus tôt. Tout ça n'avait été qu'un gâchis de temps depuis bien longtemps. Depuis la mort d'Agnes en somme, je m'étais délibérément éloignée de lui pour des principes qui me tenaient à coeur sauf que... "J'ai compris." Oui j'avais compris, j'avais tout compris au moment où je m'étais retrouvée seul, enceinte jusqu'au coup, avec la lettre d'un ex en taule. "Le père de Milo... Il... Il est en prison, enfin... Il n'y est plus mais il a été arrêté avant sa naissance." Je ne savais pas très bien s'il savait, si on avait pu le mettre au courant de ce qui nous était arrivé, je ne savais même plus s'il avait connu Andrew comme si ma vie avant Milo avait été partiellement effacée. Peu importe. J'avais envie de parler, comme un besoin vital... "Quand Milo est né, j'étais seule. Je... J'ai compris ce que tu as ressentie quand Agnes est..." Je n'arrivais toujours pas à le formuler, j'avais toujours eu beaucoup de difficultés face à la mort. "Je suis vraiment désolée Calvin pour mes paroles... Je ne savais pas de quoi je parlais je... Je regrette." Soufflais-je simplement en baissant les yeux vers ma tasse fumante, fuyant son regard, quelque peu honteuse de mon comportement à l'époque, quand je m'étais empotée contre lui. Je n'aurais sans doute pas agis comme il l'avait fait mais... Je pouvais comprendre, simplement comprendre.  

_________________

wait a second, i think she's ready to blow
must be my future sex love sound and when
it goes down baby all you gotta do is...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LE MÉLANCOLIQUE
MESSAGES : 63
DATE D’ARRIVÉE : 04/09/2014
AVATAR : gaspard ulliel.
CRÉDITS : mischievous wink.


MessageSujet: Re: there's no end. (amber)   Mar 16 Déc - 15:56

Je ne sais pas pourquoi je me sens gêné. Pourquoi je reste là, debout, figé. Mais lorsqu’Amber pose sa main sur mon épaule pour m’inviter à m’asseoir, je m’exécute aussitôt. Et je la regarde prendre place juste en face de moi, en lui souriant. Alors j’attrape la tasse posée face à moi, et je commence à me confier. À parler de mon isolement. J’aurais aimé que les choses soient différentes, mais c’est pourtant bien ce qui s’est passé. Je me suis éloigné. De tout. De tout le monde. Mais d’elle, surtout. Ses sourires me font du bien. Ils me réchauffent, et me font sourire également. « J'aimerais m'excuser Calvin. » Je ne la quitte plus des yeux, j’attends qu’elle s’explique. Parce que je sens qu’elle ne va pas s’arrêter là. Qu’elle a d’autres choses à me dire. « J'ai compris. » Et c’est un poids en moins sur mon coeur. Un soulagement. Même si je m’en veux énormément d’avoir abandonné ma fille. Qu’elle puisse me comprendre est une délivrance. « Le père de Milo... Il... Il est en prison, enfin... Il n'y est plus mais il a été arrêté avant sa naissance. » J’écarquille les yeux, surpris par ses révélations. Je ne savais pas que le père de Milo avait été en prison. Si j’avais été plus présent, j’aurais pu être au courant. Et alors, j’aurais pu être là pour elle, pour la soutenir. Mais je me suis entêté dans ma solitude. « Quand Milo est né, j'étais seule. Je... J'ai compris ce que tu as ressentie quand Agnes est... » Je baisse la tête à ses paroles. Évoquer Agnès, évoquer sa mort… C’est très dur. Et je sais que ça l’est pour Amber également. Je sais que c’est pour ça qu’elle n’a pas réussi à terminer sa phrase. « Je suis vraiment désolée Calvin pour mes paroles... Je ne savais pas de quoi je parlais je... Je regrette. » Mon regard se fait triste. Elle s’en veut. Je le lis sur son visage. Je voudrais la soulager. Alors je me penche en avant, et attrape sa main dans la mienne. Un instant, je reste silencieux. Comme absorbé par la sensation de sa peau contre la mienne. Puis mon regard cherche le sien. « Oublie ça… C’est derrière nous. » Mes yeux s’accrochent finalement à ses pupilles, et je lui offre un sourire, en gardant sa main dans la mienne. « D’accord ? » Sans que je m’en rende compte, mon pouce commence à caresser le dos de sa main. Mais je suis trop occupé par son regard y faire attention. Mes pupilles enlacent les siennes, et j’espère y trouver un soulagement. Je voudrais qu’elle oublie nos histoires du passé. Qu’elle arrête de s’en vouloir. « Essayons de nous concentrer sur l’avenir maintenant, le passé ne mérite pas tous ces regrets. » Sa main toujours dans la mienne, je finis par baisser la tête. « Même si je dois avouer que j’aurais aimé être là pour te soutenir quand le père de Milo a été arrêté. » Une légère moue s’installe sur mon visage, et c’est alors que je remarque que je n’ai pas lâché sa main depuis tout à l’heure. « Pardon, je… » Je ne sais pas comment finir ma phrase, alors je me contente de la libérer de mon emprise et de reposer ma main sur la table, un peu plus loin.

_________________
not about angels.
How unfair it's just our luck, found something real that's out of touch. But if you'd searched the whole wide world, would you dare to let it go ? Don't give me up. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
LA MAMAN
MESSAGES : 779
DATE D’ARRIVÉE : 15/04/2014
AVATAR : rachel bilson.
CRÉDITS : #twisted lips.


MessageSujet: Re: there's no end. (amber)   Dim 21 Déc - 19:17

Faire face à mes erreurs était difficile. Je me rendais compte du ridicule avec lequel j'avais agis, la stupidité qui m'avait pris quand j'avais osé juger cet homme qui ne faisait que souffrir de la mort d'une femme qui était celle de sa vie. Ma cousine. Ma famille. Si j'étais intimement convaincue que je n'aurais pas agis de cette manière en me retrouvant dans cette situation, Calvin avait fait son choix, déchirant sans doute, d'abandonner son enfant. Et je comprenais, parce que je l'avais envisagé, pour Milo. J'avais été entourée par ma famille, par Zoey, par tous, alors que j'avais tourné le dos à Calvin au moment où il en avait sans doute le plus besoin, je regrettais et j'avais honte. Je ne m'attendais pas à sentir le contact de sa main sur la mienne, il avait le droit de m'en vouloir... Il en avait réellement le droit, j'avais été froide et injuste envers lui. Je relevais le visage pour le regarder. "Oublie ça… C’est derrière nous." Ça faisait longtemps, trop longtemps mais j'avais besoin de lui faire savoir. "D’accord ?" J'hochais la tête, comme une enfant, comme Milo, je n'arrivais pas à le lâcher des yeux, il avait changé, j'avais du mal à savoir si c'était du bien ou du mal, surement un peu des deux. Il avait l'air plus mature, plus homme, plus beau, mais aussi plus fatigué et marqué par la vie. J'aurais sans doute du me sentir gênée par l'insistance de son regard mais non, je ne faisais que le soutenir, gardant le silence, profitant de cet instant. "Essayons de nous concentrer sur l’avenir maintenant, le passé ne mérite pas tous ces regrets. Même si je dois avouer que j’aurais aimé être là pour te soutenir quand le père de Milo a été arrêté." Ses mots m'arrachèrent un sourire. C'était de l'histoire ancienne. Andrew avait passé tant de temps en prison, Milo avait déjà deux ans maintenant, temps que je n'avais pas vu passé finalement, malgré la terreur qui s'était emparée de moi quand j'avais compris que ce serait juste lui et moi. Milo et sa maman. Pour toujours sans doute... "Pardon, je…" Pardon quoi ? Il lâchait ma main, ça paraissait tellement naturel que son absence refroidit ma peau. Je ne pu m'empêcher de sourire de plus belle en attrapant ma tasse pour en boire une gorgée. "T'as raison. On est trop vieux maintenant pour vivre dans le passé. Ça fait deux ans maintenant que je vis dans la peur de le voir débarquer chez moi pour me prendre mon fils." Et c'était stupide parce que je savais, je savais qu'Andrew ne ferait jamais une chose pareille. Enfin... Le Andrew que j'avais connu du moins, pas celui qui s'était retrouvé en prison pour le meurtre d'un gars, celui-là, je n'étais pas sûre de le connaître finalement... Il voudrait obtenir des droits sur Milo, c'était une certitude mais je ne le voyais pas me le retirer, pas après ce qu'il m'avait fait subir. "Tu sais ce qu'on devrait faire ?" Que je demande, enjouée à l'idée même de ce que j'étais prête à lui proposer. "Toi et moi, on devrait sortir, samedi soir." Oui oui, se remettre en selle, aller dragouiller, faire les adolescents, retrouver une vie juste quelques instants. "Je laisserais Milo avec Zoey. Pas de couvre-feu, juste toi et moi, autant de temps qu'il le faudra pour rattraper tout ce temps gâché !" J'en étais déjà toute excitée, les yeux pétillants, désireuse jusqu'au bout des doigts qu'il accepte de passer cette soirée avec moi, on en avait tellement besoin, lui comme moi. 

_________________

wait a second, i think she's ready to blow
must be my future sex love sound and when
it goes down baby all you gotta do is...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: there's no end. (amber)   

Revenir en haut Aller en bas
 

there's no end. (amber)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GRETSCH G6192 '53 Electromatic II Relic guitar aged Amber
» Mariage de Amber jean Young avec Rajib Chowdhury
» [VENDUE] Vends Basse SPECTOR
» 110721 | Les SHINee vont retourner en Australie
» Vos découvertes sur YouTube

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▿ TEMPTED. ::  :: West San Francisco :: Noe Valley-